Le Blog de Veille UMR AUSser » Actualités

S'abonner à flux Le Blog de Veille UMR AUSser » Actualités
Architecture Urbanisme Société : Savoirs, Enseignement, Recherche
Mis à jour : il y a 10 heures 43 min

DCUN Seminar Series : « New urban epistemologies & diffuse urbanization » – Cité Descartes (Marne-La-Vallée) – 09 mars 2018

Vendredi 16 fév 2018
DCUN Seminar Series : « New urban epistemologies & diffuse urbanization »

Lieu : University Paris-Est campus – Cité Descartes – Building Bienvenüe – Room A017, 6/8 avenue Blaise Pascal, Champs-sur-Marne

Date : 09 mars 2018

Website : DCUN Seminar Series

Présentation par les organisateurs : Cette séance, intitulée “learning from successful comparative and inter-disciplinary research experiences”, portera spécifiquement sur le thème de l’approche comparative. Elle s’articule autour de deux interventions. La première est assurée par Jean-Louis Chaléard (Professeur émérite de géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR PRODIG) qui rendra compte de son expérience à travers la conduite de l’ANR Périsud. La seconde est assurée par Eric Denis (Directeur de recherche au CNRS, UMR Géographie Cités) qui partagera son expérience concernant la conduite de l’ANR Suburbin. Nous terminerons par une discussion avec les participants.

Abstract : This seminar’s session is focused on comparative approaches. Two senior researchers will share with the DCUN members their own experiences regarding methods and issues faced while conducting major research programs. This will be followed up by a discussion.

Pascal Fort

More Posts - Website

Séminaire du Groupe transversal « Inventer le Grand Paris » Labex Futurs Urbains (UPE) : « Perspective transnationale et histoire des métropoles » – ENSA Paris-Belleville – Jeudi 15 février 2018

Jeudi 01 fév 2018
Séminaire du Groupe transversal « Inventer le Grand Paris » Labex Futurs Urbains (UPE) : « Perspective transnationale et histoire des métropoles »

Lieu : ENSA Paris-Belleville, salle 12, 60 bd de la Villette, 75019 Paris

Date : Jeudi 15 février 2018, 14h-18h

L’inscription est obligatoire : Contact : Nathalie Roseau (nathalie.roseau@enpc.fr) – Frédéric Pousin (frederic.pousin@wanadoo.fr)

Accédez au programme : Perspective transnationale et histoire des métropoles

Deux autres séances du séminaire sont programmées :
– Le jeudi 29 mars de 14 à 18h, sur le Grand Paris à l’époque moderne, avec les interventions de Robert Muchembled et Diane Roussel
– Le jeudi 21 juin de 9h30 à 17h, sous la forme d’un atelier international de recherche sur les plans.

Présentation par les organisateurs : Le cycle de colloques « Inventer le Grand Paris », organisé autour de 4 moments de la planification grand-parisienne (pour mémoire, le rapport Bonnier-Poëte de 1913, le plan Prost de 1934, le schéma de Delouvrier de 1965 et le Sdaurif de 1976), a donné lieu à une soixantaine de présentations, en cours de publication sur le site www.inventerlegrandparis.fr. Devant le foisonnement de ces contributions, les manques observés et les pistes ouvertes, il est apparu indispensable d’établir un bilan de ces
travaux permettant de dresser leurs principaux apports de même que leurs lacunes ainsi que les questions transversales qu’ils ouvrent pour la recherche sur l’histoire du Grand Paris. C’est dans cette perspective que s’engage ce séminaire scientifique qui inaugure les travaux du nouveau Groupe transversal du Labex Futurs Urbains.
Cette première séance propose d’explorer la perspective transnationale dans l’histoire de l’aménagement en lien avec le Grand Paris. Les colloques ont en effet produit des contributions
nombreuses offrant des regards croisés, présentant des cas d’étude étrangers dialoguant avec le Grand Paris ou revenant sur la contribution d’experts étrangers dans son aménagement. Que produisent ces regards croisés ? Orientent-ils le regard sur des objets particuliers ? Suscitent-ils des méthodes originales pour engager les comparaisons dans un cadre d’échanges globalisés ? Quelle historiographie mobiliser pour aborder la perspective transnationale dans le cas des études urbaines ? Quel est l’apport de ces dernières aux réflexions en cours ?
Cette séance de séminaire propose de partir d’expériences antérieures ou actuelles pour apporter des éléments de réponse à une problématique de recherche transversale à l’ensemble du cycle de colloques « Inventer le Grand Paris ».

Programme :

14h00 -14h 30 : Introduction : Frédéric Pousin (ENSAPB, IPRAUS) et Nathalie Roseau (ENPC, LATTS)
14h30 – 15h00 : Loïc Vadelorge (UPEM, ACP) : « Importer/exporter le Grand Paris »
15h00 -15h30 : Margareth Pereira (Université Fédérale de Rio de Janeiro) : « Les nébuleuses de l’urbanisme, Rio de Janeiro – temps d’internationalisme, temps de projets »
15h30 -16h00 : Discussion
Pause
16h30 -17h00 : Carola Hein (TU Delft, Faculty of Architecture) : « Oil Spaces: le paysage global du pétrole dans l’Europe du Nord-Ouest »
17h00 – 17h30 : André Lortie (ENSAPB, IPRAUS) : « Trois manières d’étudier les dynamiques transnationales »
17h30 -18h : Discussion

Pascal Fort

More Posts - Website

« Architecture Patrimoine Création », 4ème séminaire inter-écoles du réseau pédagogique scientifique thématique d’enseignement et de recherche dans le champ du patrimoine – ENSA Paris-Belleville – 8, 9 et 10 Février 2018

Lundi 29 Jan 2018
« Architecture Patrimoine Création », 4ème séminaire inter-écoles du réseau pédagogique scientifique thématique d’enseignement et de recherche dans le champ du patrimoine

Lieu : ENSA Paris-Belleville, Amphithéâtre Bernard Huet, 60 bd de la Villette, 75019 Paris

Date : 8, 9 et 10 Février 2018

Contact : Jeanne Montagnon : Tel. : +33(0)1 53 38 50 67 / E-mail: jeanne.montagnon@paris-belleville.archi.fr

Accédez au programme : 4e SEMINAIRE RESEAU PATRIMOINE 8,9,10fev2018_Programme

Jeudi 8 février 2018  : Journée d’étude  » Quelles spécificités pour l’enseignement dans, sur et autour du patrimoine protégé ? »

Vendredi 9 février 2018 : Tables rondes : « Témoignages d’expériences pédagogiques sur le patrimoine »

Samedi 10 février 2018 (Salle des enseignants) : Réunion du comité scientifique du réseau scientifique, pédagogique et thématique

Pascal Fort

More Posts - Website

« Photographie et paysage. Savoirs, pratiques, projets » in Lettre de l’inSHS n°51, janvier 2018

Lundi 29 Jan 2018
« Photographie et paysage. Savoirs, pratiques, projets » in Lettre de l’inSHS n°51, janvier 2018, p. 6-8

Accédez à la lettre en ligne en version intégrale : Lettre de l’inSHS n°51

Article présentant le programme de recherche « Photographie et paysage. Savoirs pratiques projets », financé par l’Agence nationale de la recherche et coordonné par Frédéric Pousin, directeur de recherche au CNRs, porté par l’unité Architecture Urbanisme Société : savoirs, enseignement, recherche (AUSser, UMR3329, CNRs / Ministère de la Culture), le projet ANR-13-Bsh3-0008-01 a associé le Laboratoire de recherche en projet de paysage (LAREP) de l’École nationale supérieure de paysage de Versailles et l’institut des Textes et Manuscrits Modernes (iTEM, UMR 8132, CNRs / ENs) par le biais de Monique sicard, chargée de recherche CNRs. Le projet a commencé en janvier 2014 et a duré 42 mois.

Pour en savoir plus : http://photopaysage.huma-num.fr/

Pascal Fort

More Posts - Website

Séminaire « Villes Asiatiques » : « La mobilité urbaine en Asie : nouvelles tendances et nouvelles pratiques de la mobilité face aux mutations urbaines » – ENSA Paris-Belleville – 09 février 2018

Lundi 29 Jan 2018
Séminaire « Villes Asiatiques » : « La mobilité urbaine en Asie : nouvelles tendances et nouvelles pratiques de la mobilité face aux mutations urbaines »

Organisateurs : DSA « Architecture et projet urbain, mention « Architecture des Territoires » (ENSA Paris-Belleville), IPRAUS / UMR AUSser (CNRS-UMR 3329), Chaire Franco-Chinoise « Mobilités Métropolitaines Innovantes »

Animation et Coordination scientifique : Yang LIU, Enseignante ENSA Paris-Belleville, chercheuse associée à l’IPRAUS / UMR AUSser, Cristiana Mazzoni, Professeur, Chaire Franco-Chinoise « Mobilités Métropolitaines Innovantes » (ENSAS-CAUP/Tongji-SYSTRA)

Coordination administrative : Christine BELMONTE, ENSA Paris-Belleville, DSA « Architecture des territoires »

Lieu : ENSA Paris-Belleville, Salle 12, 60 boulevard de la Villette, 75019 Paris

Date : 09 février 2018, 9h-18h

Accédez au programme : Programme seminaire Villes Asiatiques_9 fev 18

Présentation par les organisateurs : Le Séminaire « Villes Asiatiques » a lieu chaque année dans le cadre du DSA « Architecture et projet urbain : Architecture des Territoires » de l’ENSA Paris-Belleville. Il est organisé en lien avec le laboratoire IPRAUS / UMR AUSser, dont l’un des principaux axes de recherche porte sur les villes asiatiques. Il offre une occasion de découvrir, comprendre et questionner les enjeux émergents dans cette région du monde, d’échanger entre étudiants, enseignants, chercheurs et praticiens, et de présenter de manière actualisée les spécificités et évolutions des grands territoires métropolitains.

Co-organisé avec la Chaire « Mobilités Métropolitaines Innovantes », cette année les travaux présentés et discutés portent sur la « mobilité urbaine », sujet au cœur du développement des métropoles asiatiques. Plusieurs pistes d’investigations sont visées : la place des infrastructures dans la transformation urbaine et territoriale, le retour à la « mobilité douce », les changements de mode de vie liés aux innovations numériques. Quelles sont les grandes tendances en cours ? Comment le développement de la mobilité a contribué à changer le paysage urbain et métropolitain ?

Programme de la journée

9 : 00   Accueil et introduction : Francis NORDEMANN, Yang LIU, Cristiana MAZZONI

9 : 30   Marion SABRIE (Enseignante au département de géographie de l’Université de Rouen Normandie) : « La métropolisation de Yangon (Myanmar) : limites ou atouts de son écomobilité urbaine ? »

Bruno FAYOLLE LUSSAC (Professeur ENSAP Bordeaux (1974-2005), historien, chercheur associé IPRAUS /UMR AUSser) : « La question des mobilités dans le cluster de Xian : esquisse d’une problématique »

10 : 45 Discussions

11 : 00  Pause café

11 : 15  Rémi DESMOULIERE (Doctorant à l’INALCO, au sein du Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA, UMR 245)) : « Les minibus jakartanais dans la métropolisation : crises et logiques d’adaptation »

Anne GRILLET-AUBERT et Bernadette LAURENCIN (Maîtres assistantes à l’ENSA Paris Belleville, Chercheuses IPRAUS / UMR AUSser) : « Shanghai. De la ville cyclable à la ville motorisée et inversement »

12 : 30 Discussions

12 : 45 Pause déjeuner

14 : 30 Jean GREBERT (Architecte DPLG, Urbaniste ENPC, Ingénieur Transport, Expert Systèmes de Transport & Mobilité, Groupe Renault –Nissan) : « Les Nouvelles Mobilités et les opportunités d’inscription dans des projets urbains : comment intégrer l’éco-mobilité dans l’éco-conception urbaine ? Les cas de l’Inde et de la Chine »

Stéphanie BOUFFLET (Architecte DPLG, docteur en urbanisme, enseignante MAA ENSA Paris Val de Seine) : « Les nouvelles gares TGV chinoises comme tentative de décongestion urbaine – l’exemple de Jinan Xi aux confins du Shandong »

15 : 45 Discussions

16 : 00 Pause café

16 : 15  Jérémie DESCAMPS (Urbaniste, directeur de Sinapolis) : « Projet CCMMP / Mobilité en Chine : 50 ans d’accélération vus par les Chinois » (projection du film documentaire)

17 : 00 Discussions

17 : 30 Conclusion par Cristiana MAZZONI

 

Pascal Fort

More Posts - Website

Séminaire « Vacance des lieux et urbanisme temporaire : territoires et enjeux urbains : Occupation temporaire : explorer de nouvelles urbanités » – EAVT Champs-Sur-Marne – 02 février 2018

Lundi 29 Jan 2018
Séminaire « Vacance des lieux et urbanisme temporaire : territoires et enjeux urbains : Occupation temporaire : explorer de nouvelles urbanités »

Inscription obligatoire avant le 29 janvier : caue77@wanadoo.fr

Organisateur : Les tables-rondes sont co-organisées dans le cadre du DSA d’architecte-urbaniste par : l’École d’architecture de la ville & des territoires à Marne-la-Vallée et le Conseil d’architecture, d’urba-nisme et de l’environnement de Seine-et-Marne avec l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée représentée par l’Ecole d’urbanisme de Paris, le Département de génie urbain, et l’Unité mixte de recherche «Architec-ture, urbanistique, société : savoirs, enseignement, recherche» (AUSser), l’École des ponts ParisTech et le DSAA Alternatives urbaines du Lycée polyvalent Adolphe Chérioux de Vitry.

Date : 02 février 2018

Lieu : École d’architecture de la ville & des territoires à Marne-la-Vallée, Amphithéâtre, 12 avenue Blaise Pascal, 77420 Champs-sur-Marne

Accédez à l’annonce : Vacance des lieux et urbanisme temporaire

Présentation par les organisateurs : Si l’histoire urbaine a toujours été marquée, plus ou moins fortement, par des situations transitoires et de renouvellement, le contexte de crise a amplifié ce phénomène. Les friches, les espaces vacants ou en déprise croissent depuis plusieurs décennies dans les cœurs ou les franges des agglomérations, voire dans des petites villes ou certains territoires ruraux.  Dans ce contexte, et dans l’attente d’un possible projet urbain, de nombreuses initiatives d’occupations tempo-raires émergent et visent, par différents moyens, la réactivation de la vie locale. Ces usages temporaires illustrent un « urbanisme transitoire », s’installant dans des espaces « en attente » à différents moments des transformations urbaines1 . Ils renseignent également sur la place prise, les approches centrées sur les usages de la ville, en complément de démarches plus « fonc-tionnelles ».
L’enjeu est important car, dans un contexte de raréfac-tion du foncier en ville mais aussi de fragmentation urbaine, ces projets « transitoires » peuvent être l’occa-sion de faire exister des lieux de rencontres et de travail et de répondre à la demande de proximité des habi-tants. De plus, pour nombre de professionnels comme pour des acteurs émergents, ce sont parfois de nouvelles manières de fabriquer la ville, au plus près des contextes et des besoins locaux, dans des espaces encore non réaffectés.
Ces délaissés, parties prenantes de la ville, peuvent d’ail-leurs constituer des opportunités urbaines et immobi-lières. Ainsi, en Ile-de-France, plus de 70% des initiatives de ce genre sont initiées dans un contexte où un projet urbain est envisagé (ZAC, PNRU….). L’occupation temporaire est aussi une opportunité, pour des propriétaires, de revaloriser l’image du site, de réduire les frais de gardiennage et d’entretien inhérents aux espaces inoccupés. C’est aussi l’occasion de tester des usages et des services afin d’améliorer l’acceptation et l’intégration d’un projet dans son environnement immédiat.
L’analyse de ces différents enjeux de l’«urbanisme transitoire» rythme les trois rendez-vous de l’année 2017-2018.

Pascal Fort

More Posts - Website

Soutenance de thèse sur travaux de Lionel Engrand : « Le confort. Modèles, normes, expériences. Une histoire de l’habitation en France (1830-1975) » – ENSA Paris-Belleville – 1er février 2018

Lundi 29 Jan 2018
Soutenance de thèse sur travaux de Lionel Engrand : « Le confort. Modèles, normes, expériences. Une histoire de l’habitation en France (1830-1975) »

Doctorat  en Architecture, Université Paris-Est, Ecole doctorale « Ville, Transports et territoires »

Sous la direction d’Estelle Thibault, Maître-assistant, HDR, ENSA Paris-Belleville

Composition du jury :

Jean-Lucien Bonillo, Professeur, HDR, ENSA Marseille

Cristiana Mazzoni, Professeur, HDR, ENSA Strasbourg (rapporteur)

Nathalie Simonnot, Ingénieur de recherche, Docteur, ENSA Versailles

Simon Texier, Professeur, HDR, Université de Picardie Jules-Verne (rapporteur)

Estelle Thibault, Maître assistant, HDR, ENSA Paris-Belleville

Lieu : ENSA Paris-Belleville, salle des enseignants, 60 bd de la Villette, 75019 Paris

Date : 1er février 2018, 14h30

Résumé : Ce travail se propose d’évaluer l’incidence de la notion de confort dans l’émergence de modèles, de normes et d’expériences qui participent d’une histoire de l’habitation en France, depuis le renouvellement de l’acception du terme dans la langue française au cours des années 1830 jusqu’à l’achèvement d’un premier cycle majeur de sa démocratisation à la fin des Trente Glorieuses. Ce mot, dont les formes et les imaginaires qu’il véhicule sont à la fois célébrés et accueillis avec circonspection dans les premières décennies du XIXe siècle, passe en l’espace d’un peu plus d’un siècle du domaine de l’exception au monde des choses banales, du privilège d’un groupe à une jouissance mieux partagée, d’une notion polymorphe à des paramètres susceptibles d’être prescrits et comptabilisés.

Ambitions politiques et normes sociales, doctrines architecturales et usages, cycles économiques et consommation, innovations techniques, réglementations et représentations symboliques éclairent le processus de construction, d’objectivation et de diffusion de cette notion. La démocratisation du confort est notamment envisagée dans la durée comme une facette d’un récit national des « temps modernes » qui opère à différentes échelles de la civilisation quotidienne, de l’équipement domestique aux formes urbaines en passant par l’architecture des immeubles et des espaces privés.

 

Pascal Fort

More Posts - Website

Projection / Débat avec Jean-Louis Cohen : « Changer la vie: l’architecture soviétique des années vingt et Zig Zag à Moscou » – ENSA Paris-Malaquais – 11 janvier 2018

Mardi 09 Jan 2018
Projection / Débat avec Jean-Louis Cohen : « Changer la vie: l’architecture soviétique des années vingt et Zig Zag à Moscou »

Intervenants: Jean-Louis Cohen, architecte et historien, Sheldon H. Solow Professor in the History of Architecture, Institute of Fine Arts, New York University, Chaire internationale en architecture et forme urbaine, Collège de France, Elizabeth Essaian, architecte DPLG, maître-assistante à ENSA Paris-Belleville, chercheure à l’IPRAUS, UMR AUSSER, docteure en architecture, Anat Falbel, ingénieure, historienne, Chercheur à la PROURB Faculdade de Arquitetura e Urbanismo, Universidade Federal do Rio de Janeiro, Brésil, Anne Philippe, architecte et cinéaste, chercheure au LAVUE, chercheure associée à l’ATE Normandie, enseignante à L’ENSA Normandie, Teri Wehn-Damisch, réalisatrice, productrice, écrivaine, Introduction par Ariela Katz, architecte et historienne, maitre-assistante à ENSA Paris-Malaquais, chercheure à l’ACS, UMR AUSSER

Lieu : ENSA Paris-Malaquais, Amphi 2 des Loges, 14 rue Bonaparte, Paris 75006

Date : 11 janvier 2018, 18h

Accédez à l’information : Changer la vie

Extrait du site : Projection / débat organisée dans le cadre l’exposition “Architecture de l’avant-garde russe: Dessins de la collection Serguei Tchoban” présentée aux Beaux-Arts, Cabinet des dessins Jean Bonna, jusqu’au 19 janvier 2018, commissaires Jean-Louis Cohen et Emmanuelle Brugerolles.

Le film « Changer la vie, l’architecture soviétique des années vingt » est un document exceptionnel évoquant l’effervescence créatrice de l’architecture de l’avant-garde russe. À partir d’un montage d’images d’archives visuelles et sonores, le film réalisé par Alain Moreau, co-écrit avec l’architecte et urbaniste Anatole Kopp, se présente sous la forme d’un parcours architectural dans le Moscou des années soixante-dix en quête de traces de l’architecture des années vingt. Il nous propose une relecture de cette période aussi intense et prometteuse que brève.

Une autre vision des expériences artistiques, architecturales et urbaines de cette époque foisonnante est présente dans le deuxième film « Zig Zag à Moscou ». Il s’agit d’une émission de télévision co-écrite et produite par Teri Wehn-Damisch, réalisée et co-écrite par Jean-Michel Meurice et créée en echo à l’exposition Paris-Moscou du Centre Pompidou (1979).

Pascal Fort

More Posts - Website

Congrès annuel de la société française d’histoire urbaine : « La renommée des villes : enjeux et perspectives historiques » – IEP de Rennes – 18 et 19 janvier 2018

Mardi 19 déc 2017
Congrès annuel de la société française d’histoire urbaine : « La renommée des villes : enjeux et perspectives historiques »

Lieu : IEP de Rennes

Date : 18 et 19 janvier 2018

Accédez au programme : SFHU 2018

dont interventions de:

Vanessa Fernandez (ENS d’architecture de Paris-Belleville /IPRAUS) – « Le renouveau du centre-ville de Bobigny (1950-1980) : la modernité architecturale et urbaine comme emblème du parti communiste » (18 janvier 2018)

Valérie Foucher-Dufoix (École Nationale Supérieure d’Architecture-Paris-Belleville) – « L’impossible (re)nomination ?, Stratégies et enjeux municipaux pour faire disparaitre les « 4 000 » à La Courneuve » (19 janvier 2018)

Pascal Fort

More Posts - Website

Journées d’étude « Apprendre à voir Lina / Saper vedere Lina » – 17-19 janvier 2018

Mardi 19 déc 2017
Journées d’étude « Apprendre à voir Lina / Saper vedere Lina »

Date : 17-19 janvier 2018

Lieux : Maison du Brésil, l’Ambassade du Brésil, la Cité de l’Architecture et du Patrimoine et l’Institut culturel italien.

ENSA de Paris-Belleville / ENSA de la ville et des territoires à Marne-la-Vallée / DiAP de l’Université Roma Sapienza

Accédez à l’annonce : Journées d’étude « Apprendre à voir Lina / Saper vedere Lina »

Organisation : Alessandra Criconia et Elisabeth Essaïan, dans le cadre de l’exposition Lina Bo Bardi: Enseignements partagés (ENSA-PB. 26.10.2017-10.02.2018)

Comité scientifique: Renato Anelli (Instituto Lina Bo e Pietro Maria Bardi), Carmen Andriani (Facoltà di Architettura di Genova), Maristella Casciato (Getty Center), Jean-Louis Cohen (Collège de France),  Zeuler RM de A. Lima (Washington University in St Louis), Piero Ostilio Rossi (Facoltà di Architettura di Roma Sapienza), Yannis Tsiomis (EHESS)

Comité organisationnel : Alessandra Criconia (DiAP Roma Sapienza), Elisabeth Essaïan (IPRAUS/ UMR AUSser), Estelle Thibault (IPRAUS/ UMR AUSser), Laurent Koetz (OCS/ UMR AUSser)
Alessandro Panzeri (IPRAUS/UMR AUSser), Otavio Pereria de Magalhães Filho (ENSA-PB)

Partenariat : Maison du Brésil, Ambassade du Brésil en France, Cité de l’Architecture et du Patrimoine, Institut culturel italien

Présentation : Parmi les femmes architectes de sa génération, Lina Bo Bardi (née à Rome en 1914 – décédée à São Paulo en 1992) est longtemps restée dans l’ombre, par rapport à des figures comme Charlotte Perriand, Ray Eames, Jane Drew, Aino Aalto et Alison Smithson, auxquelles la critique a consacré de nombreuses pages. Auteure de près d’une vingtaine de réalisations – maisons, musées, théâtres, églises, centres culturels et sportifs –, Lina Bo Bardi est non seulement une des femmes architectes du XXe siècle ayant le plus construit, mais dont les problématiques abordées – économie, participation, chantier – trouvent une forte résonance dans la pratique architecturale contemporaine.

En 2014, à l’occasion du centenaire de sa naissance, diverses manifestations (symposiums, colloques, expositions) lui ont rendu hommage. Parmi ces événements, le Département d’Architecture et Projet (DiAP) de l’Université de Roma Sapienza a organisé, sous la direction de Francesca R. Castelli et Alessandra Criconia, le Symposium International “Lina Bo Bardi. Una architetta romana in Brasile”, présenté dans la ville où elle est née et dans l’école d’architecture où elle a étudié, suivi par la publication de l’ouvrage Lina Bo Bardi. Un’architettura tra l’Italia e il Brasile (Milano, Franco Angeli 2017) .

Trois ans après cette mise en lumière l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville (ENSA-PB) et le Département d’Architecture et Projet (DiAP) de l’Université de Roma Sapienza se sont associées pour en offrir, en collaboration avec l’Instituto Lina Bo e Pietro Maria Bardi à São Paulo, une nouvelle lecture à travers l’exposition Lina Bo Bardi. Enseignements partagés, présentée l’ENSA de Paris-Belleville du 26 octobre 2017 au 10 février 20181.

S’appuyant sur l’important travail historique réalisé au sein d groupe de recherche « Oficina Bo Bardi » (DiAP de Roma Sapienza) et nourrie de problématiques abordées dans le groupe de recherche « Explorations figuratives. Nouvelles lisibilités du projet » (UMR AUSser), l’exposition, conduite sous le commissariat d’Alessandra Criconia et Elisabeth Essaïan, a mobilisé durant deux ans (2015-2017) vingt-huit enseignants et cent quarante-deux étudiants, dont certains provenant des universités internationales partenaires. Elle a également donné lieu à un catalogue bilingue (Archibooks, 2017), réunissant dix-huit auteurs – chercheurs, enseignants, artistes – devenu la première publication en langue française consacrée l’œuvre et à la figure Lina Bo Bardi et ses interprétations.

Les journées d’étude « Apprendre à voir Lina/Saper vedere Lina » s’inscrivent en prolongement de ce travail pédagogique et de recherche.

Structurées autour de deux thématiques majeures – « Héritage de Lina/Hériter de Lina » et « Lina s’expose/Exposer Lina » – et réunissant des chercheurs et des architectes italiens, français et brésiliens, ces journées cherchent à lever le voile sur les aspects insuffisamment explorés de son œuvre et de sa réception : l’importance de son héritage italien et de son acculturation nordestine, le choix de ses dispositifs muséographiques, l’attrait pour son œuvre tant dans la pratique architecturale contemporaine qu’à travers les expositions qui lui sont consacrées.

Le second volet de ces journées se déroulera à Rome, à l’occasion de l’accueil de l’exposition prévue pour la fin de l’année 2018. Il s’agira alors d’explorer la relation au paysage et à la matière végétale et minérale dans l’œuvre de Lina Bo Bardi et son rapport à l’espace public non bâti, tant à travers son œuvre construite qu’à travers l’univers de ses figurations visuelles. Ces deux thématiques rentrent en résonance avec le thème « Nature en ville », choisi par l’Institut de France à Rome pour l’année 2018 et l’année du Japon en Italie (2018).

Les résultats de ces journées d’étude, ainsi que des diverses manifestations (conférences, colloques expériences pédagogiques) organisées dans le cadre de l’exposition, donneront lieu, au terme de son itinérance à une publication finale.

Programme prévisionnel :

17 janvier 2018
ENSA de Paris-Belleville
16h00: Accueil des invités
16h30: François Brouat, directeur de l’ENSA de Paris-Belleville
16h45: Visite commentée de l’exposition Lina Bo Bardi: Enseignements partagés par Alessandra Criconia et Elisabeth Essaïan

Maison du Brésil
19h00: Yvan Camargo, directeur de la Maison du Brésil
19h15: « Les favelas et le logement social : angle mort des architectes modernistes? »
table ronde animée par David Mangin avec Philippe Panerai, Guilherme Wisnik et João Whitaker

20h30: Inauguration de l’exposition « L’habitat modeste comme espace d’expérimentation », en présence de:
Yvan Camargo, directeur de la Maison du Brésil
Amina Sellali, directrice de l’ENSA de la Ville et des Territoires
François Brouat, directeur de l’ENSA de Paris-Belleville
Exposition des travaux des étudiants de 2e année de licence du studio commun de l’ENSA de Paris-Belleville et de l’ENSA de la Ville et des Territoires à Marne-la Vallée, conduit par Pascale Richter, Mathias Romvos et Luc Baboulet.
Cocktail

18 janvier 2018
Ambassade du Brésil
14h30: Paulo Cesar de Oliveira Campos, ambassadeur du Brésil
14h45: Introduction des journées : Alessandra Criconia/ Elisabeth Essaïan

Thème 1: Lina en trois portraits
Modérateur: Yannis Tsiomis (EHESS)

15h00: Isa Grinspum Ferraz, Museu da Lingua Portuguesa à São Paulo, « Notes sur Lina Bo Bardi »
15h30: Marina Grinover, FAU-SP, « Dialogues pour le chantier au quotidien »
16h00: Guilherme Wisnik, FAU-SP, « Le projet ludique et constructif de Lina Bo Bardi »
16h30-17h00: discussion

17h00-18h00: pause-café

Cité de l’Architecture et du Patrimoine
Projection-débat
19h00: Marie-Hélène Contal, directrice adjointe de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine
19h10: Une pluie d’été / Uma chuva de verão
Film d’Arnold Pasquier, 2017.
Avec: Anna Teixeira, Juliana Santos, Gerson Dias, Felipe Stocco, Osmar Zampieri, Arnold Pasquier, Rodrigo Andreolli, Marcos Gallon
France, 2017, couleur. Durée : 40 mn. ENSA-PB, avec la participation du Fresnoy – Studio national des arts contemporains
19h50: Lina Bo Bardi
Film documentaire d’Aurélio Michelis, écrit et scénarisé par Isa Grinspum Ferraz
Brésil, 1993, 50 minutes, Instituto Lina Bo e Pietro Maria Bardi.
Avec la contribution de Maria Bethânia et du groupe Olodum, et des témoignages de Caetano Veloso, Wally Salomão, Darcy Ribeiro, Frei Betto, Zé Celso Martinez, Pietro Maria Bardi….
20h40-21h10: Table ronde animée par Marie-Hélène Contal avec Isa Grinspum Ferraz, sociologue et cinéaste, Alessandra Criconia et Elisabeth Essaïan

21h15 : dîner intervenants

19 janvier 2018
Institut Culturel Italien
9h30: Accueil des participants
10h00: Fabio Gambaro, directeur de l’Institut culturel italien

Thème 2: Héritages de Lina/Hériter de Lina
Modérateur: Laurent Koetz (OCS/UMR AUSser/ENSA de la ville et des territoires à Marne-la-Vallée)

10h15: Alessandra Criconia, Rome, DiAP de Roma Sapienza, « Lina Bo Bardi: architecture entre Italie et Brésil »
10h45: Anat Falbel, Rio de Janeiro, Université fédérale de Rio, « Bruno et Lina: entre discussions et disputes… comme des véritables amis »

11h15-11h30: pause-café

11h30: Alessandra Capuano, DiAP Roma Sapienza, « Syncrétismes architecturaux brésiliens. Les éléments plastiques et la nature dans les œuvres bahiennes de Lina Bo Bardi »
12h00: Luc Baboulet, ENSA de la Ville et des territoires de Marne-la-Vallée, « La pauvreté comme richesse et comme critique »
12h30: Antoine Aubinais, collectif Bellastock, « La fabrique du Clos »

12h30-13h00: discussion
13h00-14h30: pause déjeuner

Thème 3: Lina [s’] expose/Exposer Lina
Modératrice: Estelle Thibault (directrice de l’IPRAUS)

14h30: Martina de Luca, Galerie Nationale d’art moderne à Rome, « L’Art populaire et musée : exposition Nordeste à la GNAM de Rome 1965 »
15h00-15h30: Giancarlo Latorraca, Escola da Cidade à São Paulo, « Architecture expositive de Lina Bo Bardi ».
16h00: Elisabeth Essaïan, ENSA de Paris-Belleville, « Relire Lina à travers le prisme des expositions »
16h30-17h00: questions

17h00-18h00: pause-café

Soirée organisée par l’Institut culturel italien
18h30: Projection de Oficina Bo Bardi, film documentaire de Silvia Davoli, Francisca Parrino et Andrea
19h00: Table ronde avec Margherita Guccione (directrice de MAXXI), Silvia Davoli (conservatrice au Musee Strawberry Hill House, Londres), Patrick Bouchain (atelier Construire) et Orazio Carpenzano (directeur du DiAP Roma Sapienza), animée par Alessandra Criconia et Elisabeth Essaïan.

20h30: cocktail de clôture
21h30: dîner pour les intervenants

Pascal Fort

More Posts - Website

Création du Réseau international de recherche sur les villes diffuses (Labex Futurs urbains)

Vendredi 15 déc 2017
Création du Réseau international de recherche sur les villes diffuses (Labex Futurs urbains)

Correspondant-e-s du Réseau International de Recherche :

  • Adèle Esposito (ENSA Paris-Belleville – UMR AUSSER – IPRAUS) : adeleesposito@yahoo.fr
  • Joël Idt (UPEM – LAB’URBA) : joel.idt@u-pem.fr

Accédez à la présentation : Réseau international villes diffuses

Présentation du projet de recherche : L’objectif est de fonder un réseau international pour fédérer des institutions de recherche et des chercheurs travaillant sur l’« urbanisation diffuse ». Par cette expression, sont désignés des processus et des modes d’urbanisation plus ou moins denses et discontinus, sur des territoires étendus où la coexistence de formes hétérogènes (urbaines, rurales, industrielles, etc.) donne lieu à des configurations socio-spatiales hybrides. Ces processus d’urbanisation sont massifs et se déclinent dans une variétés de formes et de modalités qui ont reçu des dénominations spécifiques, parmi lesquelles la città diffusa en Italie, le périurbain en France, les edge cities et la post-suburbanization en Amérique du Nord, le desakota en Asie du Sud-Est et Chine.

Des chercheurs en provenance des équipes de recherche du LABEX ou extérieures au LABEX et ayant des champs disciplinaires transversaux participent activement aux activités scientifiques du groupe transversal.

Dans le cadre de leurs activités, les chercheurs du groupe transversal organisent des évènements scientifiques (séminaires, colloques internationaux ou journées d’étude) durant lesquels sont invités des chercheurs du LABEX et des personnalités extérieures.

Pascal Fort

More Posts - Website

8e Table ronde Photographie et architecture : « La photographie dans le projet de paysage » – Cité de l’architecture et du patrimoine – 13 décembre 2017

Jeudi 07 déc 2017
8e Table ronde Photographie et architecture : « La photographie dans le projet de paysage »

Lieu : Cité de l’architecture et du patrimoine, Auditorium, 7 avenue Albert de Mun, Paris 16e

Date : 13 décembre 2017

Accédez à l’information : La photographie dans le projet de paysage

Extrait du site de la cité de l’architecture et du patrimoine : Aujourd’hui les opérations d’aménagement des paysages font appel à des professions multiples et les photographes sont de plus en plus souvent sollicités. En outre, le projet de paysage est un jeu d’acteurs complexe qui n’est plus mené de manière autonome par un seul paysagiste.
Le projet de recherche Photopaysage (ANR) s’est attaché à explorer les interactions fécondes entre photographes et professionnels du paysage en questionnant leurs pratiques. A partir des éclairages qu’apporte l’enquête, cette table ronde interrogera la place de la photographie du double point de vue de la démarche artistique et de la commande professionnelle.

Table ronde coordonnée par Frédéric Pousin, architecte, directeur de recherche au CNRS, responsable du programme Photopaysage (ANR-13-BSH3-0008-0) et Sonia Keravel, paysagiste, maitre de conférence à l’Ecole nationale supérieure de paysage de Versailles (ENSP). Avec la participation d’Alexandre Petzold, photographe et paysagiste ENSP, Emmanuelle Blanc, photographe et architecte, Jérôme Goze, directeur général délégué de la Fabrique de Bordeaux Métropole, Henri Bava, paysagiste ENSP, associé-fondateur de l’Agence TER Paris-Karlsruhe. En hommage à Jérémie Buchholtz, photographe à Bordeaux et Paris, et très récemment disparu.

Modération : Aude Mathé, responsable du programme Photographie et vidéo, Cité de l’architecture et du patrimoine

Pascal Fort

More Posts - Website

Soirée de projections et de témoignages autour Lina Bo Bardi – Cité de l’architecture et du patrimoine (Paris) – 18 janvier 2018

Mercredi 06 déc 2017
Soirée de projections et de témoignages autour Lina Bo Bardi

Organisateurs : ENSA de Paris-Belleville, DiAP de l’Université de Roma Sapienza

Commissariat des manifestations : Alessandra Criconia et Elisabeth Essaïan

Lieu : Cité de l’architecture et du patrimoine,  Auditorium, 7 avenue Albert de Mun, Paris 16e

Date : 18 janvier 2018

Accédez à l’annonce : Lina Bo Bardi

Extrait du site de la cité : La Cité de l’architecture & du patrimoine s’associe à l’exposition « Lina Bo Bardi : Enseignements partagés », organisée par l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville et le Département d’Architecture et Projet-DiAP de l’Université de Roma Sapienza, avec une soirée de projections et de témoignages autour de la figure de la grande architecte italo-brésilienne.
Parmi les femmes architectes de sa génération, Lina Bo Bardi (1914, Rome – 1992, São Paulo) a longtemps été moins connue que Charlotte Perriand, Ray Eames, Jane Drew ou Alison Smithson. Lina Bo Bardi restait perçue comme une créatrice « de niche », malgré les nombreux édifices réalisés, musées, théâtres, églises – et dont certains, comme le Musée d’art de São Paulo ou le Centre culturel et sportif SESC Pompeia, sont des œuvres majeures de l’architecture moderne.

Appuyée sur l’important travail historique réalisé par l’Oficina Bo Bardi, groupe de recherche du DiAP de l’Université de Roma Sapienza, l’exposition Lina Bo Bardi : Enseignements partagés (ENSA de Paris-Belleville, jusqu’au 10 février 2018) prolonge le travail de redécouverte et de connaissance mené depuis quelques années sur cette œuvre et son auteur.

Programme :
19h10 Une pluie d’été / Uma chuva de verão / Film d’Arnold Pasquier, 2017. Avec : Anna Teixeira, Juliana Santos, Gerson Dias, Felipe Stocco, Osmar Zampieri, Arnold Pasquier, Rodrigo Andreolli, Marcos Gallon. France, 2017, couleur Durée : 40 mn ENSA-PB, avec la participation du Fresnoy – Studio national des arts contemporains.

L’été, à São Paulo, il pleut à 17h… Ce film est une interprétation chorégraphique des architectures de Lina Bo Bardi par huit chorégraphes-danseurs qui se sont prêtés chacun au jeu d’inventer pour chacune une danse où l’eau, sous toutes ses formes, rencontre un mouvement. Le film a été tourné dans les architectures de Lina Bo Bardi, à São Paulo – quartier de Perdizes, Musée de São Paulo- MASP, SESC Pompéia, jardin de la Casa de Vidro, Teatro Oficina – ainsi qu’à l’église Espírito Santo do Cerrado à Uberlândia et dans la rivière de la Vale do Bambu, São Francisco Xavier.

20h Lina Bo Bardi / Film documentaire d’Aurélio Michelis, écrit et scénarisé par Isa Grinspum Ferraz. Brésil, 1993, 50 mn. Instituto Lina Bo e Pietro Maria Bardi.

Portrait de la grande architecte italienne, naturalisée brésilienne, et qui a traversé plusieurs scènes culturelles du Brésil : architecte, elle fut aussi décoratrice, scénographe, créatrice de mode, designer de meubles, directrice de musées, ainsi qu’une importante critique de la culture brésilienne. Avec la contribution de Maria Bethânia et du groupe Olodum, et des témoignages de Caetano Veloso, Wally Salomão, Darcy Ribeiro, Frei Betto, Zé Celso Martinez, Pietro Maria Bardi.

20h50 Table ronde : Animée par Marie-Hélène Contal. Avec Isa Grinspum Ferraz, sociologue et cinéaste, Arnold Pasquier, chorégraphe et cinéaste, Alessandra Criconia et Elisabeth Essaïan, enseignantes, chercheures, commissaires de l’exposition.

 

Pascal Fort

More Posts - Website

Appel à contributions pour le colloque international « Les années 68 et la formation des architectes. Perspectives internationales » (date limite : 12 janvier 2018)

Mercredi 29 nov 2017

Appel à contributions pour le colloque international « Les années 68 et la formation des architectes. Perspectives internationales » qui se tiendra à la Cité de l’architecture et à l’Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais le 15 et 16 mai 2018.

Date limite pour réception des propositions : 12 janvier 2018

Les propositions de contributions devront parvenir  à ces adresses : elise.guillerm@rouen.archi.fr, annedebarre@wanadoo.fr, caroline.maniaque@rouen.archi. fr

Accédez à l’appel : Colloque International 15 et 16 mai 2018 – FINAL fr-En 2-1

Comité d’organisation : Anne Debarre (ENSA Malaquais, ACS-UMR AUSser 3329), Marie-Hélène Contal (Cité de l’architecture et du patrimoine), Caroline Maniaque (ENSA de Normandie, ATE), Eléonore Marantz (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA), Jean-Louis Violeau (ENSA Nantes, CRENAU-UMR AAU)

Comité scientifique : Valter Balducci (ENSA Normandie, ATE), Marie-Hélène Contal (Cité de l’architecture et du patrimoine), Marco Cremaschi (SciencesPo UMR 8239 Centre d’études européennes et de politique comparée), Anne Debarre (ENSA Malaquais, ACS-UMR AUSser 3329), Caroline Maniaque (ENSA de Normandie, ATE), Eléonore Marantz (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA), Joaquim Moreno (Université autonome, Lisbonne), Laurent Stadler (ETH Zürich – Institut GTA), Estelle Thibault (Ensa Paris-Belleville, Ipraus-UMR AUSser 3329),  Panayotis Tournikiotis (Ecole d’architecture, National Technical University of Athens), Jean-Louis Violeau (ENSA Nantes, CRENAU-UMR AAU)

Institutions partenaires : HiCSA (Équipe d’accueil 4100, Histoire culturelle et sociale de l’art), université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; ATE Normandie (Équipe d’accueil 7464, Architecture, territoire, environnement), ENSA  Normandie;  Cité de l’architecture et du patrimoine ; Laboratoire ACS-UMR AUSser CNRS/MCC 3329, ENSA Paris-Malaquais;  CRENAU-UMR AAU, ENSA Nantes

Présentation par les organisateurs : Ce colloque international accompagne l’exposition « Mai 68, l’architecture aussi » qui se tiendra à la Cité de l’architecture et du patrimoine du 14 mai 2018 au 17 octobre 2018,  (commissariat Caroline Maniaque, Eléonore Marantz, Jean-Louis Violeau) et propose de s’intéresser dans une perspective internationale à l’enseignement de l’architecture et aux modalités de formation des architectes au cours des années 1960 et 1970, période marquée en France comme dans beaucoup de pays du monde occidental par de profondes recompositions institutionnelles mais aussi politiques, sociales et pédagogiques.
Ce colloque fait suite aux deux journées d’études organisées le 16 et 17 juin 2016 (Ensa Paris-Belleville et INHA) sur les lieux de l’enseignement de l’architecture et du 20 et 21 octobre 2016 sur les pédagogies mises en œuvre dans les écoles d’architecture en France en France (Cité de l’architecture et du Patrimoine et Ensa Normandie).

Argumentaire : Le point d’orgue qu’a marqué le mois de mai 68 en France dans l’enseignement de l’architecture s’inscrit dans une perspective plus large, temporelle – à partir de l’après-guerre et jusqu’aux années 1970 -, mais aussi géographique – avec des confrontations internationales. Le congrès de l’UIA en 1965 qui se tient à Paris est consacré à la formation de l’architecte ; l’UNESCO publie en 1970 un rapport sur ce même sujet ; un colloque international « enseignement et architecture » dans les écoles européennes est organisé par la société des architectes SADG en juin 1978. Il s’agira avec le colloque de mai 2018 de revenir sur les formes que prennent les pédagogies en architecture, particulièrement interrogées dans les années 1960 et 1970 sur la scène internationale. Différents facteurs contribuent à légitimer les changements de paradigmes de la théorie architecturale mais aussi des alternatives constructives, notamment sur des thèmes tels que l’écologie ou l’environnement. Les contenus de l’enseignement s’ouvrent aussi largement aux sciences humaines ainsi qu’aux expérimentations mathématiques et informatiques. Comment évoluent-elles à l’aune des nombreuses critiques et réflexions dont elles sont l’objet, mais aussi au fil des mouvements contestataires et des réformes successives des études ?

Le « moment 68 » a-t-il été un moment particulièrement propice au renouvellement des enseignements ? Quels types d’architectes les écoles et départements d’architecture veulent-ils promouvoir ? La vague réformatrice de ces années-là, que l’on peut repérer tant aux Etats-Unis qu’en Italie, a-t-elle donné lieu à de nouvelles façons de penser le rôle des architectes ? Quels desseins poursuivent les multiples expériences pédagogiques engagées ?

Ce colloque international permettra de documenter plus particulièrement les pratiques pédagogiques liées à la formation des architectes entre la fin des années cinquante et le début des années quatre-vingt, en Europe, en Amérique du Nord, du Sud et ailleurs. . Au travers de contributions thématisées, il s’agit de cartographier une série d’expériences pédagogiques à l’échelle internationale, d’évaluer dans quelle mesure elles ont « fabriqué » des architectes prêts à embrasser la diversité des métiers de l’architecture ou, a contrario, à prendre des positions culturelles et politiques plus différenciées.

On peut rappeler ici quelques ouvrages permettant d’évaluer la formation des architectes en Europe et aux Etats-Unis. Plusieurs universités ont célébré le centenaire des programmes en architecture en proposant des ouvrages rétrospectifs, tel celui produit par Joan Ockman et Rebecca Williamson, Architecture School : Three Centuries of Educating Architects in North America, (Cambridge, MA, MIT Press, 2012). Richard Hayes a pour sa part pris en compte le dispositif pédagogique Design-Build mis en place par Charles Moore à Yale en 1967, dans The Yale Building Project. The First 40 Years (New Haven, Yale University Press, 2007). Quant à Pedro Bandeira, il considère l’enseignement alternatif à l’école d’architecture. Pedro Bandeira (dir. ), Porto School: B side / An oral history (1968-1978) (Guimaraes, A OFICINA, CIPRL, 2014). On rappelle ici aussi les travaux menés par Beatriz Colomina et ses étudiants en doctorat à Princeton University, Radical Pedagogies, présentés à la Biennale de Venise en 2014.

Les contributions pourront par conséquent aborder :

1. Les itinéraires et les parcours biographiques des acteurs clés de l’enseignement à l’échelle internationale;

2. Les actions publiques ou privées en faveur de telle ou telle pédagogie ; les injonctions politiques ou économiques dans le renouvellement des enseignements ;

3. La relation au sein des équipes pédagogiques entre l’enseignement du projet architectural, les arts plastiques, les sciences dures, les sciences humaines et sociales. Les liens des pédagogues en architecture avec ceux de l’université ou des écoles d’ingénieurs ;

4. Les circulations des pédagogues et des pédagogies (au vu notamment des nominations d’enseignants) ; les effets d’ « écoles » dans l’école ; l’implication des enseignants venant d’univers géographiques lointains et leur rôle dans le renouvellement du curriculum;

5. Les modalités et les supports de l’enseignement : l’impact des nouveaux outils de transcription de la réalité –  magnétophone, film super 8 – dans les rendus des étudiants ; le rôle des livres, des cours imprimés, des objets dans la transmission du savoir ; le rôle de la photographie dans l’apprentissage ; le rôle des vidéos ; les workshops : les expériences d’apprentissage de l’échelle 1.

 

 

Pascal Fort

More Posts - Website

Soutenance de thèse de Claire Doussard « Evaluer les éco-quartiers : analyses comparatives internationales » – ENSA Paris-Belleville – 1er décembre 2017

Lundi 20 nov 2017

Soutenance de thèse de Claire Doussard : « Evaluer les éco-quartiers : analyses comparatives internationales »

Doctorat  en Aménagement, Université Paris-1 Sorbonne
Ecole doctorale de Géographie de Paris

AHTTEP (UMR AUSser 3329)

Lieu : ENSA Paris-Belleville, (salle des enseignants) –  60 bd de la Villette – 75019 Paris

Date : 1er décembre 2017, 15h

Composition du jury :

Christian Pédelahore de Loddis, Professeur, ENSA Paris-la Villette, 144 Avenue de Flandre, 75019 Paris, directeur de thèse

Fabienne Joliet, Professeure des universités, Agrocampus Ouest d’Anger,  co-directrice de thèse

Marco Cremaschi, Professeur des universités, Science Po Paris, rapporteur

Meg Holden, Associate Professor, Simon Fraser University, rapporteur

Sabine Barles, Professeur, Institut de géographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, examinatrice

Résumé en français : Les éco-quartiers contribuent, depuis la fin du XXème siècle, à l’essor d’un modèle de ville durable à travers le monde. Cependant, si les grands principes théoriques du développement durable font relativement consensus à l’échelle internationale, les modalités de leur application au niveau local sont multiples et diverses. Suite à ce constat, de nombreux acteurs déploient dès la fin des années 2000 des référentiels de suivi et d’évaluation des éco-quartiers. Ces derniers permettent d’orienter la conception et la construction des quartiers durables tout en justifiant les choix retenus, et ce grâce à la mesure de leur performance selon plusieurs critères consensuels et mesurables dans le temps. Ces référentiels, conçus à l’échelle locale et souvent standardisés, sont en outre susceptibles d’être exportés à l’international, indépendamment du milieu naturel et culturel dans lequel ils s’appliquent. Ceci représente un paradoxe vis à vis du concept de développement durable qui promeut l’intégration des projets à un territoire spécifique.

Aussi, le travail de thèse interroge l’impact des référentiels d’évaluation sur l’intégration territoriale des éco-quartiers au travers de l’analyse de trois études de cas en France, aux Etats-Unis et au Brésil: Clichy Batignolles localisé à Paris et labellisé EcoQuartier, Melrose Commons développé à New York et certifié LEED-ND, et Ilha Pura construit à Rio de Janeiro à la fois certifié LEED-ND et AQUA – HQE-A. Notre étude examine également succinctement un quatrième cas, le quartier de Vinhomes Riverside ayant reçu le prix de l’architecture verte du Vietnam et construit à Hanoi, dont l’étude n’a pu être complètement aboutie faute d’accès à des données essentielles à notre analyse. Nous énonçons le postulat qu’il existe des divergences entre les objectifs de performance fixés par le référentiel, ceux exigés par les acteurs du projet menant à une évaluation donnée, et enfin la réalité de l’éco-quartier une fois construit au sein d’un territoire plus large. Ces divergences sont particulièrement fortes en cas d’export du référentiel. Elles sont en outre mesurables et témoignent de différences de niveau d’intégration. Aussi, notre recherche s’appuie sur la comparaison des cas selon trois phases à savoir : 1) le choix du référentiel 2) l’évaluation du projet d’éco-quartier par le référentiel dont il estime la performance, et enfin 3) le résultat opérationnel, c’est à dire l’éco-quartier construit. La méthodologie de recherche est multidisciplinaire et déploie des outils associés aux statistiques, à l’ingénierie du territoire, à la géographie, mais aussi à l’analyse architecturale, urbaine et paysagère.

Nous observons que les référentiels s’appuient sur diverses stratégies relatives à la sélection et à la mesure d’indicateurs permettant de planifier l’intégration du quartier au sein d’un territoire donné. Cette intégration est néanmoins extrêmement variable non seulement en fonction des critères et des échelles d’analyse choisis, mais aussi des jeux d’acteurs qui adaptent leur démarche aux spécificités d’un site. Les référentiels d’évaluation occultent alors la complexité, et sous-estiment la richesse de la diversité des éco-quartiers contemporains.

 

Abstract : Assessing sustainable neighborhoods: international comparative analysis

Since the end of the 20th century, eco-neighborhoods have contributed to the international development of a sustainable city paradigm. However, while the concept of sustainable development is today the result of an international consensus, its urban applications at the local level are multiple and diverse. Following this observation, many stakeholders have designed neighborhood sustainability assessment tools (NSAT) in the past ten years. The latter contribute to the design and construction of sustainable neighborhoods while justifying stakeholders choices. Those tools also measure the eco-neighborhood performance, using several consensual and measurable criteria over time. Moreover, NSAT which are locally designed and often standardized, are likely to be exported internationally. However, internationally exporting a NSAT designed locally is paradoxical, in relation to sustainable development principles.

Our research examines the impact of NSAT on eco-neighborhoods’ territorial integration. It analyses three case studies located in France, the United States and Brazil. Clichy Batignolles was developed in Paris and received the EcoQuartier label. Melrose Commons was built in New York and is LEED-ND certified. Ilha Pura is located in Rio de Janeiro, and is both LEED-ND and AQUA-HQE-A certified. Our study also briefly examines a fourth case. Vinhomes Riverside was built in Hanoi, and received the Vietnam Green Architecture Award. However, our analysis could not be completed due to the lack of access to essential data. From the data we do have, we extrapolate that there are discrepancies between the objectives set by the NSAT, those requested by the project’s stakeholders leading to a given assessment, and finally the reality of the built eco-neighborhood. These discrepancies are more important when the NSAT has been exported. They are also measurable, and enlighten different levels of projects’ territorial integration. Our research is based on the comparison of the cases. This comparison is following three steps: 1) analyzing the chosen NSAT 2) studying the eco-neighborhood performance score and 3) analyzing the built project. Our methodology is multidisciplinary and uses tools related to statistics, territorial engineering, geography, and architectural, urban and landscape analysis.

We conclude that NSAT use various strategies related to the selection and measurement of indicators to integrate a neighborhood within a given territory. However, this integration is extremely variable. This is not only due to criteria and scale selection, but also to stakeholders who adapt their strategies to their territory. Finally, NSAT conceals urban complexities, and underestimates the diversity of contemporary eco-neighborhoods.

 

Pascal Fort

More Posts - Website

Quatre conférences qui accompagnent l’exposition « Lina Bo Bardi. Enseignement partagés » : 13, 16, 21 et 23 novembre 2017

Jeudi 16 nov 2017

Quatre conférences qui accompagnent l’exposition « Lina Bo Bardi. Enseignement partagés »

  • 13.11.2017 à 19h à la Maison de l’Amérique Latine (217, Bd Saint-Germain 75007 Paris)
    « Lina Bo Bardi: enseignements partagés: récit d’une fabrique »
    conférence d’Elisabeth Essaïan, dans le cadre du cycle L’œil pense

 

  • 16.11.2017 à 19h à l’ENSA-PB (60, bd de la Villette, 75019 Paris)
    Assemble (Amica Dall et James Binning), Londres. (Dans le cadre du cycle de conférences Les causeries de Novembre, Si loin, si proche)
  • Scénographes de l’exposition Together, Assemble est un collectif de 18 jeunes architectes fondé en 2010, et engagé dans des stratégies de transformation concrète des lieux impliquant leurs usagers. Ils ont reçu en 2015 le prestigieux Turner Prize.

 

  • 21.11.2017 à 19h à la Maison du Brésil (217, Bd Saint-Germain 75007 Paris)
    « L’arquitetura pobre de Lina Bo Bardi »
    conférence d’Alessandra Criconia

 

  • 23.11.2017 à 19h à l’ENSA-PB (60, bd de la Villette, 75019 Paris)
    Marcelo Ferraz, Brasil Arquitetura, São Paulo. (Dans le cadre du cycle de conférences Les causeries de Novembre, Si loin, si proche)
  • Formé à la FAU-USP de São Paulo, collaborateur de Lina Bo Bardi à la fin des années 1970, Marcelo Ferraz est co-fondateur de l’agence Brasil Arquitetura, enseignant, auteur de plusieurs ouvrages et de documentaires sur l’architecture au Brésil.

 

Pascal Fort

More Posts - Website

Cycle de rencontres « Les dialogues du Grand Paris » – ENSA Paris – Val-de-Seine – 22 novembre, 06 et 20 décembre 2017

Jeudi 16 nov 2017

Cycle de rencontres « Les dialogues du Grand Paris »

EIles sont organisées dans le cadre du séminaire S7 « Paris-Grand-Paris » coordonné par Marie-Hélène Badia, Philippe Simon et Léa Mosconi.

Lieu : ENSA Paris – Val-de-Seine, Amphi 180, 3 quai Panhard et Levassor, 75013 Paris

Date : 22 novembre, 06 et 20 décembre 2017, 18h30-20h

Accédez au site de l’ENSA Paris -Val-de-Seine : cliquez ici

22 novembre : Pour ce 3e volet, les invités sont Frédéric Bonnet (architecte, urbaniste, grand Prix de l’urbanisme 2014, professeur à l’EAVT) et Philippe Gazeau (architecte, urbaniste, enseignant à l’ENSAPVS) / Modération : Marie-Hélène Badia (enseignante EAPVS). Il a pour thème : « Grand Paris : un pari perdu ?»

06 décembre : Pour ce 4ème volet, les invités sont Jean-Paul Robert (architecte, critique d’architecture, professeur à l’ENSAPLV) et Antoine Viger-Kohler (architecte, urbaniste, TVK, enseignant à l’ENSAPVS) / Modération : Léa Mosconi (enseignante EAPVS). Il a pour thème : « Des propositions et des directions, 2007-2017 »

20 décembre : Pour ce 5ème volet, les invités sont  Aurélien Bellanger (écrivain), Soline Nivet (architecte, critique d’architecture, enseignante à l’ENSAPM) et
Patrick Céleste (architecte, urbaniste, enseignant en architecture) / Modération : Philippe Simon. Il a pour thème : « Quels récits pour quel Grand Paris »

 

 

Pascal Fort

More Posts - Website

Journée d’études « Vacances des lieux et urbanisme temporaire : territoires et enjeux urbains » – EAVT marne-La-Vallée – 30 novembre 2017

Jeudi 09 nov 2017

Journée d’études « Vacances des lieux et urbanisme temporaire : territoires et enjeux urbains »

Lieu : EAVT marne-La-Vallée, Amphithéâtre, 12 avenue Blaise Pascal, 77420 Champs-sur-Marne

Date : 30 novembre 2017

Accédez au programme : cliquez ici

Inscription obligatoire : cliquez ici

 

Pascal Fort

More Posts - Website

Appel à contribution pour la revue « La francophonie en Asie-Pacifique (FAP) » (date limite pour le n°2 : 15 janvier 2018)

Vendredi 03 nov 2017

Appel à contribution pour la revue « La francophonie en Asie-Pacifique (FAP) »

Date limite d’envoi des contributions pour le n°2 : 15 janvier 2018

Contact : Tout écrit sera envoyé à l’adresse électronique ci-dessous:
La Francophonie en Asie-Pacifique / Institut Francophone International – Université Nationale du Vietnam Hanoi,
Bâtiment C3, 144 Xuan Thuy, Cau Giay, Hanoi
Email: fap@ifi.edu.vn – Tel: +84 (04) 37 450 173
Ngô Tự Lập – Rédacteur en chef : Email: lapnt@vnu.edu.vn

Accédez au site : cliquez ici

Accédez à l’appel : FAP- Appel a contribution 2e numero

Instruction aux auteurs : Instructions aux auteurs

Note de cadrage : note de cadrage FAP n2

La Francophonie en Asie-Pacifique (FAP) est une revue de recherche interdisciplinaire publiée par l’Institut Francophone International – Université Nationale du Vietnam, (Hanoi) en partenariat avec les Presses Universitaires de Provence (PUP).
Conçue comme un forum scientifique, cette publication unique a pour but d’assurer la publication d’articles scientifiques de qualité portant sur tous les aspects de la Francophonie dans la région.

Les premiers thèmes de la FAP sont :
Numéro 1 (09/2017) : La littérature vietnamienne francophone
Numéro 2 (03/2018) : L’architecture française en Asie-Pacifique
Numéro 3 (09/2018) : Le théâtre français et francophone en Indochine
Numéro 4 (03/2019) : La formation universitaire française et francophone face à la mondialisation
Numéro 5 (09/2019): Vĩnh Bang, itinéraire atypique d’un prince oriental au psychopédagogue suisse

Le 1er numéro est publié en septembre 2017 et la cérémonie d’inauguration de la revue sera prévue pour le 9 novembre à l’Espace.

La publication du 2e numéro est prévue pour mars 2018. Veuillez consulter les instructions aux auteurs et la note de cadrage. Ce numéro dont la thématique spécifique sera l’architecture française en Asie-Pacifique est réalisé en partenariat avec l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Belleville et son laboratoire de recherche, l’Institut Parisien de Recherche : Architecture, Urbanistique et Société (IPRAUS).
Chaque numéro a un thème spécifique. Toutefois, la FAP ayant différentes rubriques (Espace francophone, Économie et développement, Science et technologie, Histoire, Culture
et arts, Idées, Recension et Trésors retrouvés – publication de textes rares du passé), les articles relevant de ces rubriques sont les bienvenus.

 

Pascal Fort

More Posts - Website

Ouverture du site de l’exposition « Lina Bo Bardi: Enseignements partagés (ENSA de Paris-Belleville) », réalisé par Otavío Pereira de Magalhães

Vendredi 03 nov 2017

Ouverture du site de l’exposition « Lina Bo Bardi: Enseignements partagés (ENSA de Paris-Belleville) », réalisé par Otavío Pereira de Magalhães

Accédez au site : Lina Bo Bardi

Vous y découvrirez les présentations de l’exposition, du catalogue et des manifestations et une sélection de films d’Arnold Pasquier.

Pascal Fort

More Posts - Website

Pages