Actualités du carnet de veille d'AUSser

S'abonner à flux Actualités du carnet de veille d'AUSser
Architecture Urbanisme Société : Savoirs, Enseignement, Recherche
Mis à jour : il y a 1 heure 49 min

Parue : Revue Les Annales de la recherche urbaine n°113 « La ville standardisée », mars 2019

Mercredi 03 avr 2019

Accédez à l’annonce : Les Annales de la recherche urbaine n°113

Accédez au sommaire : Les Annales de la recherche urbaine n°113

Présentation par l’éditeur : Dans les opérations contemporaines d’aménagement, l’impression de standardisation est telle qu’il est parfois difficile de différencier un nouvel espace public d’un autre, un nouveau quartier d’un autre. Assiste-t-on à un retour des modèles urbanistiques ? Quels en sont leurs caractéristiques et leurs effets concrets ? Ces questions sont au cœur du prochain numéro des Annales de la recherche urbaine sur « La ville standardisée » qui s’intéresse aux formes urbaines résultant de cette standardisation, à la standardisation des processus de production urbaine et à la question spécifique du rôle des consultants dans la circulation des modèles urbains. Dix-huit articles de chercheurs examinent ces problématiques à partir de l’analyse de cas d’études variées (Hanoï, Naples, Mexico, Alger, Ouagadougou, mais aussi Lyon, Toulouse, le périurbain francilien, le Plessis Robinson….).

Paru : « Résilience des métropoles. Le renouvellement des modèles » / Magali Talandier, Collection Les Conférences POPSU, 2019

Mercredi 03 avr 2019

Accédez au document en ligne : Résilience des métropoles

« Résilience des métropoles. Le renouvellement des modèles » / Magali Talandier, Collection Les Conférences POPSU, 2019, 1 Vol. (44 p.)

Conférence prononcée lors de l’atelier Résilience et alliance des territoires des Troisièmes journées nationales de France Urbaine, le 28 mars 2019 à Toulouse.

Extrait du livre : Qu’on le nomme effondrement ou ré-enchantement, il semble assez difficile aujourd’hui de contester l’idée d’un tournant écologique à l’échelle de l’humanité. Les crises environnementales, sociales, politiques, économiques que ces bouleversements provoquent – et provoqueront – créent un climat d’incertitude et de violence qui touche directement et de façon différenciée la population et les territoires dans lesquels nous vivons. Dans ce contexte, a priori anxiogène, plusieurs chemins s’offrent à nous pour relever le défi de l’adaptation et construire collectivement un autre avenir. États, métropoles mondiales, collectivités locales, mais aussi collectifs citoyens, chercheurs, experts défendent l’idée d’une politique de la résilience, ou de la transition socio-écologique, pour y parvenir. On en parle donc beaucoup, même si on agit sans doute encore trop peu tant la tâche est complexe, les motivations et conséquences diverses selon les protagonistes. Je tends ici à replacer ces enjeux contemporains de premier ordre dans une lecture territoriale du phénomène. Comment penser la résilience depuis les territoires ? Plus précisément, comment penser et mettre en œuvre la résilience du « modèle métropolitain » actuel ? Quels sont les possibles contours des nouveaux modes d’organisation spatiale émergents ? On tente à présent de réfléchir aux mutations territoriales en cours, aux possibles trajectoires et aux priorités à mettre à l’agenda de l’action locale.

Journées professionnelles « Valeurs et complexité des édifices cultuels. Convertir pour préserver ? » – Cité de l’architecture & du patrimoine (Paris) – 2 et 3 avril 2019

Mercredi 03 avr 2019

Accédez à l’annonce et au programme : Valeurs et complexité des édifices cultuels

Lieu : Cité de l’architecture et du patrimoine, Auditorium, 7 avenue Albert de Mun, Paris 16e

Présentation par les organisateurs : Le paysage bâti hérité de l’histoire institutionnelle et religieuse est aujourd’hui menacé de disparaître. L’actualité économique et cultuelle met les affectataires, propriétaires et élus en responsabilité d’un renouvellement du récit territorial, sous l’angle de sa potentielle reconversion. Au nom de quelles valeurs nos sociétés du XXIème siècle vont-elles s’engager dans cette mutation aux significations multiples ? Quels sont les acteurs de cette mutation ?

Quelles qualités, compétences et connaissances sont nécessaires aux professionnels du patrimoine pour être en mesure de préserver les signes tangibles de l’histoire et de répondre aux attentes des populations et des maîtres d’ouvrage tout en valorisant l’espace commun ?

Programme DEA – 3e appel 2019 : prolongation (date limite : 30 avril 2019)

Mercredi 03 avr 2019

Accédez à l’annonce : Programme DEA

Présentation par les organisateurs : Créé en 1975, à l’initiative de Fernand Braudel en accord avec le Secrétariat d’État aux universités, Direction des enseignements supérieurs et de la recherche, le programme «Directeurs d’Études Associés» (DEA) est le plus ancien programme de mobilité internationale de la Fondation Maison des sciences de l’homme. Il permet d’inviter des personnalités scientifiques étrangères originaires de tous les continents pour une durée d’un mois à six semaines afin de soutenir leurs travaux en France (enquêtes de terrain, travail en bibliothèques et archives).

Modalités financières

Une indemnité de 3 300 € est accordée, destinée à couvrir les frais de transport et de séjour. En outre, la FMSH assure son aide pour l’obtention du visa vers la France ainsi qu’un soutien logistique (aide pour trouver un logement et pour l’accès aux bibliothèques).

Critères d’éligibilité 
  • Le programme est exclusivement destiné à des professeurs ou des directeurs d’études étrangers, titulaires de doctorats ou de titres équivalents et exerçant dans des établissements d’enseignement supérieur et de recherche.
  • Les candidats doivent être âgés de moins de 65 ans au moment de leur séjour.
  • Un séjour en France doit être justifié.
Critères et processus de sélection 

Les projets seront expertisés notamment au regard des éléments suivants :

  • la qualité scientifique du projet et la méthode développée
  • la pertinence de venir en France au regard du projet présenté

Une fois expertisés, les dossiers seront sélectionnés par une commission composée du président, de responsables scientifiques de la FMSH et de spécialistes extérieurs à la Fondation.

Les résultats seront communiqués aux postulants au plus tard fin juin 2019.


Rencontre nationale Acteurs-Chercheurs : «  »Faire ville ensemble » L’habitat participatif et la fabrique urbaine » – Eurométropole de Strasbourg – 17 mai 2019

Mercredi 03 avr 2019

Accédez à l’annonce : Faire ville ensemble

Accédez au programme : Faire ville ensemble

Organisation : PUCA, Eurométropole de Strasbourg, Réseau national des collectivités pour l’habitat participatif, Habitat participatif France, Le mouvement !

Lieu : Eurométropole de strasbourg, salle des conseils, 1, parc de l’étoile – 67076 strasbourg
Date : 17 mai 2019

Inscription en ligne obligatoire (à partir du 29 mars) : https://bit.ly/2HK47yA

Présentation par les organisateurs : La production de la ville connaît depuis quelques années des mutations importantes tant sur le plan procédural, managérial que partenarial. Au schéma traditionnel de l’aménagement urbain qui reposait sur le trio collectivité, aménageur et promoteur, succèdent des modèles plus complexes et hybrides qui cherchent à prendre en compte des impératifs de durabilité et de participation tout en garantissant les équilibres sociaux et économiques.
Dans ce contexte, une nouvelle fabrique urbaine se dessine entraînant une reconfiguration des acteurs de l’aménagement et un élargissement des scènes de négociation. Face à l’extension du champ d’intervention du promoteur répond une nouvelle maîtrise d’usages qui vise à faire entendre les demandes citoyennes et citadines. Les cartes se rebattent, de nouveaux acteurs apparaissent tandis que les acteurs traditionnels se repositionnent et renouvellent leurs pratiques et leurs manières de faire.
Les nouveaux modes de projet urbain, appels à projets, urbanisme transitoire ou négocié accordent une place croissante à la participation des habitants, intègrent les interactions entre nouveaux acteurs et acteurs traditionnels, tandis que les concepteurs et décideurs redéfinissent leurs approches et leurs pratiques tant sur le champ de la conception que sur celui de la gouvernance ou de la gestion foncière et patrimoniale.

  • Dès lors, comment la question du renouvellement de la fabrique urbaine est-elle envisagée dans une diversité de territoires et de situations ?
  • En quoi la mobilisation récente du référentiel « habitat participatif » dans le cadre des politiques urbaines permet-il de poser les conditions d’un « faire autrement » ?
  • Quelles sont les nouvelles dynamiques à l’œuvre et quels arrangements et négociations voit-on émerger en situation ?
  • Quelles sont les avancées constatées et les freins persistants à ces dynamiques ?


Appel à candidatures « Prix de thèse Valois Jeunes chercheuses et chercheurs 2019 » (date limite : 3 juin 2019)

Mercredi 03 avr 2019

Accédez à l’annonce : Prix de thèse Valois

Présentation par les organisateurs : L’appel à candidatures pour l’édition 2019 du prix de thèse Valois Jeunes chercheuses et chercheurs est ouvert. Les candidatures doivent être déposées au plus tard le lundi 3 juin 2019.

Le prix de thèse « Valois » Jeunes chercheuses et chercheurs, créé en 2017, distingue des thèses de doctorat pour leur qualité, leur originalité et leur apport essentiel aux politiques culturelles du ministère de la Culture.

Il a pour objectif d’encourager les chercheurs dans leurs travaux portant sur tous les champs des politiques culturelles et des institutions qui les mènent. En retour, ces travaux, par leur publication, seront portés à la connaissance de la société et éclaireront les décisions publiques. Quels que soient les disciplines et les champs culturels : patrimoines, création, médias et industries culturelles, ou encore langues de France, les recherches porteront plus largement sur tous les aspects de ces politiques publiques : institutions, professions, socio-économie de la culture, etc.

Les recherches éclaireront les politiques ministérielles sur le temps long. Elles aborderont les questions d’accès à la culture, de transmission des savoirs et de cohésion sociale et situeront les politiques culturelles dans l’ensemble des politiques publiques en faveur du développement des territoires, y compris avec une dimension comparatiste.

Ce prix, placé sous l’égide du Comité d’histoire du ministère de la Culture, récompensera trois thèses portant sur les politiques culturelles ainsi définies. Le jury, nommé par la présidente du Comité d’histoire, est constitué de sept membres.

Le prix de thèse « Valois » est une aide à la publication de la thèse de doctorat. Le montant qui sera attribué à chaque thèse primée s’élève à 8 000 euros.

Les thèses doivent être rédigées en français. Elles doivent avoir été soutenues entre le 1er juillet 2017 et le 31 mars 2019.

Les prix seront remis aux lauréats en novembre 2019.

Pages