2012-2015

L'architecture et l'imprimé

La production de livres, d’abord manuscrits, puis, dès les années 1480, imprimés, accompagne la constitution et le développement de la figure de l’architecte moderne et contemporain. Parallèlement à l’architecture bâtie et dessinée s’est ainsi constituée une « littérature architecturale » à la fois riche et composite, dont les auteurs, les buts et les ambitions, dans leur diversité, contribuent à dessiner les contours d’un champ d’activité.
Il s’agit de s’interroger sur les rapports qu’entretient l’architecte avec les ouvrages –tantôt pratiques, tantôt artistiques et somptueux– qu’il produit ou qu’il utilise.

Dans une variété de formes, qui va du plus modeste volume de texte au recueil grand format le plus richement élaboré, les productions concernées déclinent tous les types de relations possibles entre l’abstraction des idées et la séduction des figures. Les séances proposées sont consacrées non seulement aux contenus qu’ils véhiculent, mais également à leur dimension matérielle, portant une attention particulière aux systèmes d’illustrations, à la relation entre le texte et les images, enfin à la composition et à la conception graphique, qui font des livres d’architecture des créations à part entière, aussi importantes pour leurs auteurs que les édifices réalisés.

L’interrogation porte sur les usages des publications pour l’architecte. Il s’agit alors d’enquêter sur les multiples raisons qui le poussent à concevoir des livres, manuels, revues, à en écrire les textes et à en fabriquer l’iconographie, mais aussi à les utiliser : les citer, les copier, les collectionner, ou tout simplement les fréquenter. L’investissement de l’architecte en tant qu’auteur mérite également l’attention, quand le livre peut devenir, en l’absence de toute réalisation bâtie ou parallèlement à celle-ci, le lieu d’exercice de son activité d’architecte, selon différentes modalités. La publication peut être envisagée comme le laboratoire de la pratique, comme consécration de l’œuvre édifiée, comme moyen de diffusion d’une posture théorique, comme outil pédagogique. Sur un autre plan, le livre en tant qu’objet construit tisse avec l’édifice un ensemble étendu de métaphores qu’il convient d’explorer.