Villes et émergences actuelles de formes urbaines au Mali Sub-Saharien

Thèse en cours
Année de début de la thèse : 
2010
Directeur de recherche : 
Discipline: 
Aménagement de l'espace et urbanisme
Equipe de recherche : 
Université : 

Résumé

Sous l'impulsion de facteurs croisés, les villes maliennes telles que Bamako, Tombouctou, Mopti et Gao, prétendent à une autre modernité que celles décrites par les villes occidentales. À ce jour, l'essor démographique, la persistance des modes de vie ethniques nomades comme sédentaires, ainsi que les développements politiques et économiques nécessaires à une présence malienne sur le plan international, entraînent la ville vers des modèles incertains, mais persistants. Sous le poids croissant de l'exode rural, le renversement du couple village-ville est loin de nous offrir une formalisation bien tranchée. Il apparaît sous des aspects classiques de développement urbain, des fonctionnements qui s'abstraient de la forme pour décrire un mouvement essentiel, celui d'une société multiple. Si le dessin de la ville paraît clair, il n'affirme en rien son identité, car les composantes primitives de la création urbaine ne suivent pas qu'un ordre Étatique. La ville est tantôt "géométrie ethnique", "densité énergétique", "opportunités de mouvements et richesses de passages".

Se pose alors la question de savoir si l'équation urbaine ici en cause est une formule stable dont les inconnues varient avec le temps, ou si cette équation est elle-même instable. Ce qui fabrique la ville appartient peut-être moins au dessin qu'aux facteurs qui la perturbent. La ville serait ici la forme la plus pertinente de subsistance nomade, au croisement certain des hommes et de leurs savoirs complémentaires, des énergies et des richesses.