Actualités du carnet de veille d'AUSser

S'abonner à flux Actualités du carnet de veille d'AUSser
Architecture Urbanisme Société : Savoirs, Enseignement, Recherche
Mis à jour : il y a 1 heure 56 min

[Parution] « La ferronnerie architecturale à Beyrouth au XXe siècle » / Mazen Haïdar, Éditions Geuthner, octobre 2021

Mercredi 20 oct 2021

« La ferronnerie architecturale à Beyrouth au XXe siècle » / Mazen Haïdar, Éditions Geuthner, octobre 2021, 1 Vol. (504 p.), ISBN : 978-2-7053-4067-4

Présentation

Fruit d’une longue enquête de terrain, cet ouvrage reconstitue l’histoire de Beyrouth au siècle dernier, entre 1900 et 1970, à travers l’évolution de la place de la ferronnerie d’art dans son architecture. Plus de mille dessins de garde-corps, de portes d’entrée, de grilles de fenêtres ou de rampes d’escaliers, donnent à la ville son identité visuelle : ces éléments la caractérisent durablement et dévoilent nombre de ses secrets. Quelles sont les sources d’inspiration de ces ouvrages et comment celles-ci ont été localement adaptées ? Par cet inventaire sans précédent, réalisé dans 52 secteurs, c’est à une réflexion sur la valeur d’un patrimoine libanais du 20e siècle, en péril, que ce livre entend contribuer.

Auteur

Né à Beyrouth, Mazen Haïdar est architecte du patrimoine et chercheur, diplômé des Universités de Rome Sapienza et Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Enseignant dans plusieurs écoles d’architecture au Liban et en France, ses recherches portent notamment sur le patrimoine du XXe siècle et les pratiques d’appropriation des habitants.

[Parution en ligne] revue MDCCC 1800| Vol. 10 | Luglio 2021

Mardi 19 oct 2021

revue MDCCC 1800| Vol. 10 | Luglio 2021 : Rinascita/Revival | Renacimiento/Revival | Rebirth/Revival
Accédez au numéro en ligne : MDCCC 1800

Contribution membre UMR AUSser

Emma Filipponi (ACS/AUSser) : Il sistema degli établissements publics a Venezia. Un nuovo modello di rigenerazione urbana
Accédez à l’article en ligne : cliquez ici

Abstract: In 19th century Italy and Europe the phenomenon of religious buildings as State-owned properties and their reuse as ‘public services’ assumed the characteristics of a real urban and cultural revolution. In the case of Venice, this phenomenon consisted in an effective project of ‘regeneration’ of an historical city. Thanks to the extensive use of archival sources, this article investigates Venice as a case study of a complex urban plan that occurred massive transformations, especially considering the suppressions of religious buildings undertaken between 1805 and 1808 in the lagoon area. The papers also offer an insight on the French plan of reuse of ‘emptied’ buildings for allocating there new services.

Séminaire doctoral « Quartiers en transition » – Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) – 19 au 21 octobre 2021

Mardi 19 oct 2021
Organisation
  • Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), Laboratoire d’architecture et technologies durables (LAST), Prof. Emmanuel Rey
    en partenariat avec
  • Université de Lausanne (UNIL), Institut de géographie et durabilité, Dr. Muriel Delabarre, MER
  • Ecole nationale supérieure d’architecture (ENSAP) de Lille
  • Institut Parisien de Recherche Architecture, Urbanistique et Société (IPRAUS/UMR AUSser)
    Prof. Béatrice Mariolle (IPRAUS/AUSser)
  • Université de Liège (ULiège), Local Environment Management and Analysis (LEMA), Prof. Sigrid Reiter
Présentation (extrait du site)

Les relations changeantes qui se sont tissées entre les villes et leurs eaux au fil des siècles conduisent aujourd’hui – après une certaine mise à l’écart des cours d’eau en ville – à s’interroger sur leurs potentiels de renouveau. En effet, les objectifs de densification vers l’intérieur des territoires urbains entrent en résonance avec les stratégies de protection contre les crues, faisant émerger un large champ d’exploration relatif à l’évolution future des rives urbaines. Dans cette perspective, les sites plutôt dévalorisés comme les friches fluviales représentent un potentiel important pour la création de nouveaux quartiers durables.

C’est dans l’optique d’explorer cette problématique d’ensemble qu’est conçu le séminaire doctoral « QUARTIERS EN TRANSITION – Les rives urbaines comme opportunité de projet ». Bénéficiant du soutien de Swissuniversities et organisé dans le cadre de l’axe Design intégré, architecture et durabilité (IDEAS), du Programme doctoral Architecture et sciences de la ville (EDAR) et du projet de recherche Rhodanie urbaine développé par le Laboratoire d’architecture et technologies durables (LAST), le cours a pour objectif d’encourager les échanges entre doctorants dans les domaines de l’architecture, l’urbanisme, l’ingénierie liée à l’urbain, la géographie ou la sociologie urbaine, et intéressés par la thématique des quartiers fluviaux durables.

Le programme du séminaire est structuré selon quatre axes de recherche incontournables lors de la conception d’un quartier fluvial durable : mutations, paysages, processus et usages. Une demi-journée est consacrée à l’exploration de chacun de ces 4 thèmes. Chaque session thématique comprend deux présentations de projets urbains fluviaux pionniers, effectuées par des intervenants externes (architectes, urbanistes ou paysagistes) ainsi qu’une table ronde qui vise à faire émerger les grands invariants et les spécificités de chaque étude de cas, tout en stimulant les interactions entre participants et conférenciers.

Informations pratiques

Lieu et date : Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), 19-21 octobre 2021

Frais d’inscription : Doctorants : chf 150.-, Auditeurs libres : chf 300.- (ou chf 100.- par journée)
Les frais d’inscription couvrent la participation aux conférences et tables rondes, les pauses-café ainsi que les frais d’hébergement des doctorants (2 nuits).

Informations et inscriptions : Dr. Sophie Lufkin

Accédez à l’annonce : Quartiers en transition

Séminaire LabEx Futurs urbains (Paris-Est) « Ville ouverte / ville close » – ENSA Paris-Belleville – 19 octobre 2021

Mardi 19 oct 2021

Le séminaire du GT Usages de l’histoire et devenirs urbains du LabEx Futurs Urbains, en partenariat avec l’Observatoire de l’architecture de la Chine Contemporaine : « Ville ouverte/ville close (1) » – Introduction : Aspects théoriques et généraux aura lieu le Mardi 19 octobre, 14h-18h à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville, 60 Bd de la Villette, 75019 Paris, salle du conseil.

Accédez à l’annonce : Ville ouverte/ville close

Programme

Introduction : Laurent Coudroy, Cédric Fériel, Diane Roussel, coordonnateurs du programme. 
Emilie d’Orgeix (directrice d’études, École Pratique des Hautes Études »-Équipe HISTARA (EA 7347) :Les franchissements de la ville close à l’époque moderne.
Florine Ballif (maîtresse de Conférences, Ecole d’urbanisme de Paris-Lab’urba) : L’imaginaire de la forteresse dans les études urbaines sur les murs, 1989-2020
Françoise Ged (Observatoire de l’architecture de la Chine contemporaine-Cité de l’architecture et  du patrimoine) : Chine : ville ouverte/ville close, intérieur/extérieur, pratiques urbaines et sociétales.
Pauline Guillemet (doctorante, Université Gustave-Eiffel, ACP): De la cité médiévale à la ville close : généalogie d’un contre-modèle de la ville industrielle (seconde moitié du XIXe – début XXe siècle)
Laurent Coudoy de Lille (maître de Conférences, Ecole d’urbanisme de Paris-Lab’urba) : L’ouverture des villes espagnoles dans la seconde moitié du XIXème siécle : de l’enjeu militaire à l’enjeu idéologique.

Colloque pluridisciplinaire « Profession ? Architectes » – ENSA Nancy – 24 et 25 novembre 2021

Vendredi 15 oct 2021

Les laboratoires LHAC (ENSA-Nancy), AMUP (ENSA-Strasbourg et INSA département Architecture Strasbourg) et 2L2S (Université de Lorraine) co-organisent le projet « Profession ? Architectes »Il a pour objet d’analyser dans une perspective interdisciplinaire les pratiques des architectes en interrogeant leurs relations interprofessionnelles, « intraprofessionnelles » et pédagogiques. 

Accédez à l’annonce : Profession ? Architectes

Comités

Comité d’organisation : Cécile Fries-Paiola (architecte DE, maître de conférences en Sciences humaines et sociales à ENSA-Nancy), Mirjana Gregorcic (sociologue, doctorante au 2L2S, Université de Lorraine), Mélanie Guenot (architecte DE, doctorante au LHAC et à l’AMUP, ENSA-Nancy, ENSA-Strasbourg et INSA Strasbourg département Architecture), Mathilde Thiriet (architecte DE, doctorante au LHAC, ENSA-Nancy)

Comité scientifique : Gauthier Bolle (architecte DPLG, maître de conférences en Histoire et culture architecturale à l’ENSA-Strasbourg), Emeline Curien (architecte DE, maître de conférences en Théories et pratiques de la conception architecturale et urbaine à l’ENSA-Nancy), Franck Guêné (architecte ENSAIS, maître de conférences en Architecture à l’INSA-Strasbourg), Lionel Jacquot (sociologue, professeur en Sociologie, Université de Lorraine), Pascale Marion (architecte DPLG, enseignante contractuelle en Théories et pratiques de la conception architecturale et urbaine à l’ENSA-Strasbourg), Barbara Morovich (archéologue, anthropologue, maître de conférences en Sciences humaines et sociales à l’ENSA-Strasbourg), Hélène Vacher (historienne, professeur émérite en Histoire et culture architecturale à ENSA-Nancy), Gwenaëlle Zunino (architecte-urbaniste, maître de conférences associée en Ville et territoire à l’ENSA-Nancy)

Présentation

Ce colloque a pour objet d’analyser dans une perspective interdisciplinaire les pratiques des architectes en interrogeant leurs relations interprofessionnelles, pédagogiques et « intraprofessionnelles ». Il s’agit d’enrichir le dialogue entre les différents acteurs engagés dans le milieu de l’architecture : praticien.e.s, théoricien.e.s, enseignant.e.s et chercheur.euse.s notamment afin de questionner la pluralité et la diversité du champ. Ainsi, les contributions peuvent émaner de toutes les disciplines concernées par la pratique et la recherche en architecture. Nous espérons que ce pluralisme pourra permettre l’émergence de rencontres et d’échanges fructueux entre acteurs, à même d’apporter des clés de lecture sur les dynamiques qui animent le champ de l’architecture.
Le projet profession propose d’interroger un groupe professionnel — les architectes — en éclairant ses tensions, contradictions ou coopérations. Autour d’un titre, celui d’architecte, se développe une multitude de pratiques. Comment nommer ces agents formés à l’architecture mais ne pouvant prétendre au port du titre ?
Dans le cadre de la rédaction de cet argumentaire, nous avons fait un choix sémantique. Nous retenons la notion d’« architectes » dans une acception élargie qui inclut l’ensemble des agents — hommes et femmes — formés à l’architecture et oeuvrant au sein du champ de l’architecture. Toutefois, un des objets de ce projet consiste à interroger cette différenciation entre les détenteurs du titre et l’ensemble des acteurs formés ou oeuvrant au sein des écoles d’architecture.
À la suite du colloque, un numéro des Cahiers du LHAC sera consacré au projet. Les intervenants pourront être invités à retravailler leurs communications en vue d’une publication.

Programme

Accédez au programme : cliquez ici

Contributions membres UMR AUSser

Mercredi 24 novembre 2021 :
« Je est un autre » L’architecte-écrivain
Laurie Gangarossa, architecte HMONP, MCA ENSACF, doctorante Observatoire de la Condition Suburbaine, UMR AUSser 3329 CNRS, Eav&t.

19h00 – Table ronde : Les agences d’architecture sont-elles de nouveaux lieux de recherche(s) ?
participation de Loïse Lenne, architecte, docteure en architecture, ACS / UMR AUSser, MC ENSA Bretagne – Atelier MLH


Jeudi 25 novembre 2021 :
La construction de la Société Centrale des Architectes (1840-1843)
Sarah Blouin, Master Histoire, Théories et Critique de l’Architecture, doctorante IPRAUS / UMR AUSser, ENSA Paris-Belleville.

Etre architecte en province, en 1895
Denyse Rodriguez Tomé, architecte DPLG, MCF HCA ENSA-Lyon, chercheure associée IPRAUS UMRAUSser ENSA Paris-Belleville, chercheuse EVS-LAURe ENSA Lyon.

Une archéologie politique du présent architectural
Gilles Malzac, architecte HMNOP, doctorant ACS UMR AUSseur 3329 ENSA Paris-Malaquais.

Entretiens sur les outils numériques et leurs pratiques dans l’écoconception architecturale et urbaine, dans des entreprises d’architecture, d’urbanisme et d’ingénierie environnementale : rôles de l’architecte
Philippe Villien, architecte urbaniste, IPRAUS / UMR AUSser, ENSA Paris-Belleville

[Parution] « Le prolétariat ne se promène pas nu : Moscou en projets » / Elisabeth Essaïan, Editions Parenthèses, octobre 2021

Jeudi 14 oct 2021

« Le prolétariat ne se promène pas nu : Moscou en projets » / Elisabeth Essaïan, Editions Parenthèses, octobre 2021, 1 Vol. (288 p.), Collection : Architectures, ISBN 978-2-86364-332-7

Accédez au site éditeur : Moscou en projets

L’auteur

Architecte DPLG et docteur en architecture, Élisabeth Essaïan est maîtresse de conférences à l’Ensa de Paris‑Belleville et chercheuse au laboratoire Ipraus‑umr 3329 Ausser. Ancienne pensionnaire de l’Académie de France – Villa Médicis à Rome, elle a consacré des travaux de recherche à l’architecture et l’urbanisme soviétiques de la période stalinienne.
Sa thèse (2006), dont cet ouvrage est issu, a été récompensée par le Prix de la thèse de l’Académie d’architecture et le Prix de la thèse sur la ville, Puca/Aperau/Certu (2007).

Présentation

« On dit que la forme nue, les boîtes nues, c’est le principe du prolétariat. Cependant le prolétariat ne se promène pas nu, il met une petite cravate, une veste, un pantalon et tout le reste. Et quand il a mis un costume plus propre, il marche avec plus de joie. » Lazare Kaganovitch

Dans quelle mesure la production architecturale et urbaine de la Russie soviétique rompt-elle avec les formes, les idées et les pratiques de la Russie tsariste ? Comment les bouleversements politiques, sociaux, économiques et juridiques se sont-ils traduits dans la définition des nouveaux modes de vie et d’occupation du territoire ? Jusqu’où les orientations stylistiques du réalisme socialiste se sont‑elles substituées aux positions des avant‑gardes des années vingt ? Quel rôle les urbanistes, les architectes et les autorités ont-ils joué dans cette vision renouvelée de la ville avec les divers arbitrages qui en ont résulté ?
Le présent ouvrage, qui a pour objet central l’étude du Plan général de reconstruction de Moscou de 1935, propose de nuancer l’histoire urbaine soviétique écrite à travers l’unique prisme de la verticalité du pouvoir. Il met en évidence les nombreuses permanences, matérielles, idéelles et humaines, ainsi que les approches pragmatiques du projet de la part des décideurs, en premier lieu Staline et Kaganovitch.
Servie par une riche iconographie, cette analyse, au-delà du cas moscovite, met en lumière comment les architectes et les urbanistes se positionnent, créent et innovent, dans et malgré un contexte de contrôle absolu.

Colloque « Co-opolis: The Collective Production of the City » – ETH Zurich – 5 octobre 2021

Jeudi 14 oct 2021

NSL-Colloquium 2021|1
Inviting Chair: Prof. Dr. Tom Avermaete | Histoire et théorie de l’urbanisme
5 October 2021, 14:00-18:00 | ETH Zurich, Hönggerberg, HIT building, room E51.
Accédez à l’annonce : cliquez ici

Intervenants

Prof. Monique Eleb (membre associée ACS/AUSser), Paris-Malaquais: Evolution des Usages dans l’Habitat et Conception (in French)
Prof. Jonathan Sergison, Accademia di Mendrisio: Urban Husbandry
Andreas Hofer, Director IBA’27: How to Co-Create?
Prof. Eve Blau, Harvard GSD: Architecture As Common Actor

Présentation

As urbanization intensifies all over the world, so do contestations over how city space is produced. Citizens, politicians, urban designers and architects become increasingly aware of the fact that the city can no longer be solely developed as the playing field of private interests or of state ideologies. Instead, they propose to look upon the production of the city as a ‘common matter’, guided by common codes and the care for common resources.

This colloquium aims to explore the collective production of the city from two angles. Firstly, it examines how the city may be understood as a matter of ‘common codes’, a set of implicit rules that represent shared cultural beliefs and allows urban designers and architects to contribute to the common good. Secondly, it probes into the ways that ‘common actors’, such as housing cooperatives and neighbourhood associations with interest in shared resources, provide alternative, often more creative ways of producing the city than the predominant logics of the state and the market.

Soutenance de thèse de Mazen Haïdar (AHTTEP/AUSser, ENSA Paris-La Villette) : « La réception et les pratiques d’appropriation de l’immeuble résidentiel « moderne » à Beyrouth entre 1946 et 1990 » – Paris-Sorbonne – 18 octobre 2021

Mardi 12 oct 2021

M. Mazen Haïdar (AHTTEP/AUSser, ENSA Paris-La Villette) soutiendra sa thèse intitulée « La réception et les pratiques d’appropriation de l’immeuble résidentiel « moderne » à Beyrouth entre 1946 et 1990 », effectuée sous la direction de Valérie Nègre, Professeure HDR (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), le 18 octobre 2021 à 14h, Salle Duroselle en Sorbonne, 14, rue Cujas, Paris 75005.

En raison d’une jauge limitée, merci de réserver et de confirmer votre présence à l’adresse : mazen@mazenhaidar.com

Membres du jury

Filippo De Pieri,  Professeur associé (Politecnico di Torino)
Marlène Ghorayeb, Professeure HDR  (Centre de recherche sur l’habitat – LAVUE UMR 7218 CRNS) (rapporteuse)
Valérie Nègre, Professeure HDR  (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) (directrice de la thèse)
Virginie Picon-Lefebvre,  Professeure HDR  (École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville)
Simona Salvo, Professeure associée HDR (Sapienza Università di Roma) (rapporteuse)
Bernard Toulier, Conservateur général honoraire du patrimoine

Résumé de la thèse

La thèse met en relation le développement de l’architecture résidentielle dans la ville de Beyrouth avec la réception et les pratiques d’appropriation de ses habitants, de la fin du mandat français, 1943-1946, jusqu’en 1990, année de la fin de la guerre du Liban. À partir de considérations sur les liens existants entre l’objet architectural et les modes d’usage de l’espace domestique, cette recherche explore une articulation entre « histoire savante », inscrite dans une tradition narrative de l’architecture profondément ancrée et partagée, et « histoire populaire », cernée et construite par les modalités d’usage du logement.

En engageant une réflexion sur le cycle de transformations régulières ou irrégulières de l’immeuble résidentiel, ce travail cherche à reconstituer l’histoire de l’architecture et de la ville de Beyrouth sous l’angle de l’évolutivité et de l’adaptabilité du bâti aux exigences des usagers. Dans le but de contribuer à la connaissance de la ville, la thèse interroge ainsi les origines des mutations ininterrompues du paysage urbain en abordant la production architecturale du XXe siècle dans toute son épaisseur chronologique. À travers une démarche critique, nous analysons l’impact de l’essor de l’industrie du bâtiment des années 1950-1970 sur le regard porté aux constructions de la période ottomane et mandataire, tout comme les divergences entre l’idéal du logement « moderne » et les dynamiques locales d’appropriation.

Cette recherche contribue à l’avancement des connaissances à trois niveaux. D’un point de vue historiographique, elle permet de mettre en valeur un large corpus peu mobilisé dans l’analyse de l’histoire culturelle et sociale de l’environnement bâti à Beyrouth ou dans d’autres villes du Proche Orient. Dans une perspective critique, elle met en évidence la place capitale de l’évolutivité du bâti résidentiel dans l’analyse de la réception de la modernité au Liban. Cette recherche permet finalement d’appréhender la question de la patrimonialisation de l’architecture du XXe siècle à partir d’une compréhension plus profonde de sa stratification et transformabilité, en mobilisant une double approche diachronique et synchronique.

[Visio-conférence] 7th Ferrara International PhD Workshop 2021 Part II: « Digital Transition in Research » – Ferrare (Italie) – 11 au 16 octobre 2021

Lundi 11 oct 2021
Organisation

Scientific International WS Coordinator: THEO ZAFFAGNINI
Organization: F. PETROCCHI, N. TALAMONTI, L. TINTI, E. VERZELLA

Programme Accédez au programmeTélécharger Contribution membre UMR AUSser

Mardi 12 octobre 2021 à 10.15 : URBAN AND TERRITORIAL STRATEGIES THROUGH ECOLOGICAL NETWORKS
GREEN AND BLUE FRAMES IN FRENCH TERRITORIAL POLICIES: CASE STUDIES
OF GREATER PARIS AND STRASBOURG
/ CRISTIANA MAZZONI PhD, Full Professor, Ecole d’Architecture Paris Belleville, directrice de l’UMR AUSser 3329

Informations pratiques

Lien pour se connecter : https://global.gotomeeting.com/join/606471221
SESSION: 606-471-221

[Parution] Histoire urbaine n°61 : Dossier : « Cités millénaires du Proche-Orient »

Lundi 11 oct 2021

Le n°61 de la revue Histoire urbaine est parue.

Accédez à la collection en ligne : Histoire urbaine

Sommaire
  • un dossier sur Les Cités millénaires du Proche-Orient coordonné par Pascal Butterlin, Sawssan Alachkar et Suzanne Dibo
  • une étude de Mathieu Fernandez et Maurizio Gribaudi
  • un hommage à Pierre Pinon
  • la rubrique Événements avec deux entretiens à propos d’expositions à Berlin, Lyon et Rouen.
  • trois notes critiques
Contributions membres UMR AUSser
  • Michèle Lambert-Bresson et Annie Térade (membres associées IPRAUS/AUSser) : Hommage à Pierre Pinon
  • Laurent Coudroy de Lille, entretien avec Corinne Jaquand (membre IPRAUS/AUSser) et Antoine Laporte à propos des manifestations, Unvollendete metropole (« Mtropole inachevée »), Berlin, Kronprinzpalais

[Présentiel/Distanciel] Colloque « Histoire, architecture et patrimoine : construire une identité architecturale. Milan, l’Europe (1796-1848) / Storia, progetto e patrimonio : la costruzione dell’identità architettonica. Milano, l’Europa, (1796-1848) »...

Lundi 11 oct 2021
Organisation

Elisa Boeri (Polimi), Pierre Coffy (Paris 1/Unimi), Francesca Mattei (Roma Tre).

Comité scientifique

Micaela Antonucci (UniBo), Federico Bucci (Polimi), Antonino De Francesco (UniMi), Jean-Philippe Garric (Paris 1, membre associé IPRAUS/AUSser), Michele Luminati (Universität Luzern), Carlo Mambriani (UniPr), France Nerlich (Inha), Susanna Pasquali (Roma 1), Dominique Poulot (Paris 1), Francesco Repishti (Polimi), Letizia Tedeschi (Archivio del Moderno-USI)

Programme Accédez au programmeTélécharger Présentation

Le colloque international « Storia, progetto e patrimonio : la costruzione dell’identità architettonica Milano, l’Europa / Histoire, architecture et patrimoine : construire une identité architecturale. Milan, l’Europe (1796-1848) » propose une réflexion collective et transdisciplinaire sur les multiples significations du concept de patrimoine architectural, artistique et culturel dans la période comprise entre la fin du XVIIIe et la première moitié du XIXe siècle.

Le champ géographique d’investigation s’ouvre aux principales villes italiennes et européennes qui ont été touchées par le phénomène de redécouverte mais aussi de réutilisation – parfois abusive – de leur patrimoine architectural et culturel au cours de cette période.  Promue et financée par le département ABC du Politecnico di Milano, le pôle territorial de Mantoue (Chaire Unesco de Mantoue), la Fondazione Palazzo Te, l’Université Italo-Française et l’Institut Français (appel Cassini), le colloque propose ainsi de réfléchir sur le concept de « patrimoine » entre 1796 et 1848 en Europe, son évolution et ses interprétations en rapport avec l’histoire de l’architecture et de la ville.

Informations pratiques

Pour suivre ce colloque en ligne, veuillez vous inscrire en écrivant à info.readingheritage@gmail.com.
Le lien de connexion sera envoyé par mail peu avant le début des activités.

Présentation par Teresa Fankhänel de sa dernière publication : Made in USA. Theodore Conrad, Louis Checkman et le boom de la maquette dans les années 1950 – Cité de l’architecture et du patrimoine (Paris) – 19 octobre 2021

Lundi 11 oct 2021

Dans le cycle « La mémoire en œuvre », le Centre d’archives d’architecture invite des doctorant-e-s ou de jeunes docteurs, au terme de leur recherche, à montrer comment l’architecture et les architectes émergent à partir du travail sur les archives. Teresa Fankhänel présentera sa dernière publication issue de sa thèse de doctorat (ETH Zurich, 2016) : Made in USA. Theodore Conrad, Louis Checkman et le boom de la maquette dans les années 1950.

Accédez à l’annonce : Teresa Fankhänel

Présentation

Theodore Conrad fut le plus prolifique et le principal maquettiste d’architecture du XXe siècle aux États-Unis. Ses maquettes jouèrent un rôle décisif dans la conception et la réalisation de plusieurs icônes du modernisme architectural américain, depuis le Rockefeller Center jusqu’à la Lever House et le Seagram Building. Cependant, malgré son succès et les édifices connus qu’il a contribué à créer, on savait, jusqu’à présent, peu de choses sur le travail de Conrad et son impact sur l’histoire de l’architecture au XXe siècle. Dans un contexte de développement soudain de la production de maquettes dans les années 1950 et 1960, cette intervention montre comment les maquettes de Conrad et les images des maquettes du photographe Louis Checkman ouvrent sur des questions académiques plus larges portant sur la nature de la paternité de l’œuvre en architecture, l’importance de l’artisanat et la traduction d’idées architecturales entre différents médias.

Présentation par Teresa Fankhänel en anglais – traduction en différé.

Informations pratiques

Date : Mardi 19 octobre 2021 – 19h
Lieu : Plateforme de la création architecturale / Hall About, 7 avenue Albert de Mun, Paris 16e

En application des mesures gouvernementales, l’accès à la Cité est soumis à la présentation d’un pass sanitaire pour tous les visiteurs de 12 ans et plus.

Inscription obligatoire, entrée gratuite dans la limite des places disponibles : Cliquez ici pour l’inscription

Soutenance des travaux en vue de l’obtention du diplôme d’habilitation à diriger des recherches (HDR) de Guillemette Morel-Journel : « Lire les architectes » – Fondation suisse de la Cité universitaire de Paris – 30 septembre 2021

Lundi 11 oct 2021

La soutenance des travaux en vue de l’obtention du diplôme d’habilitation à diriger des recherches (HDR) de Guillemette Morel-Journel, chercheuse à l’ENSA Paris-Malaquais (partenaire de PSL) et co-directrice du laboratoire ACS (UMR AUSser 3329).

Titre : Lire les architectes

Inscrite à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
La soutenance s’est déroulée le jeudi 30 septembre 2020 à 9 h à la Fondation suisse de la Cité universitaire de Paris (architecte : Le Corbusier, 1929-1933).

Composition du jury

Pierre Caye, directeur de recherche CNRS, centre Jean-Pépin, examinateur
Jean-Louis Cohen (IPRAUS/AUSser), professeur, Institute of Fine Arts, New York University et Collège de France, rapporteur
Catherine de Smet, professeur des universités, université Paris 8, garante
Laurent Stalder, professeur, ETH Zurich, examinateur
Annalisa Viati-Navone, professeur des Ensa, Ensa de Versailles, examinatrice
Frédéric Villemur, professeur des Ensa, Ensa de Montpellier, rapporteuse

Présentation

L’habilitation comporte trois volumes :

– Le premier s’attache à restituer une formation pluridisciplinaire en architecture (UP1), en urbanisme (IUP), en littérature (Paris IV) et en histoire de l’art (EHESS). Formation qui explique un travail centré sur la médiatisation de la pensée architecturale, à travers les écrits des architectes modernes et contemporains en général, et de Le Corbusier en particulier.

– Le deuxième présente une sélection de textes variés (ouvrages, articles, chapitres de recherches ou de livres collectifs) publiés depuis presque trente ans. Ils témoignent de la diversité des approches et des champs abordés, qui vont de l’histoire de l’architecture du XXe siècle aux rapports entre cette discipline et la littérature.

– Le troisième présente et commente une correspondance croisée, inédite, entre deux protagonistes majeurs de l’architecture de la première moitié du XXe siècle : le critique et historien Sigfried Giedion et Le Corbusier. En concentrant l’analyse sur une seule année, 1928, année de la création des Congrès internationaux d’architecture moderne, Ciam) en décodant systématiquement les allusions et le contexte des échanges, en restant au plus près de l’archive, c’est une histoire de la construction du « Mouvement moderne » qui apparaît sous un jour nouveau, à la fois plus intime et moins mythique.

Colloque international en hybride « Planning as a welfare project » – Centre André Chastel (Paris) – 21 et 22 octobre 2021

Jeudi 07 oct 2021

Le colloque international « L’aménagement du territoire, un projet de société. Idéologies, doctrines et représentations entre la France, le nord de l’Europe et l’Amérique du Nord » / « Planning as a welfare project. Ideologies, models and representations between France, Northern Europe and Northern America » aura lieu en anglais au Centre André Chastel (Paris) les 21 et 22 octobre 2021.

Accédez au site : Planning as a welfare project

Organisation
  • Organisation scientifique : Jean-Baptiste Minnaert (Sorbonne Université | Centre André-Chastel) et Dorian Bianco (Sorbonne Université | Centre André-Chastel)
  • Colloque organisé en partenariat avec la Danish Arts Foundation, le Groupe d’aménagement volontaire et le Groupe d’études géopolitiques
Présentation

La maîtrise de l’espace par l’homme est une histoire du temps long : les paysans évoqués par Marc Bloch la pratiquaient dès le XIe siècle lorsqu’ils essartaient la Beauce et la Champagne pour mettre en culture les sols. Mais c’est au XXe siècle que l’organisation du territoire fait l’objet d’une planification par les politiques d’État-Providence (Welfare State). On peut citer les Greenbelt towns américaines, le Town and country planning britannique et l’Aménagement du territoire français. L’urbanisme du XXe siècle a initié un remodelage volontaire des paysages orienté vers l’architecture du logement, l’accès aux infrastructures et la préservation des ressources naturelles. Le colloque international intitulé Planning as a welfare project invoque les méthodes de l’histoire de l’architecture, de l’urbanisme et de la photographie, ainsi que celles de l’histoire socio-culturelle, pour apporter un nouvel éclairage sur les modèles et les représentations de l’aménagement en France, dans les pays d’Europe septentrionale et occidentale et en Amérique du Nord.

Informations pratiques

Date :  21 Octobre 2021 – 22 Octobre 2021
Lieu :  Salle Giorgio Vasari, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne 75002 Paris

Entrée libre dans la limite des places disponibles et sur présentation du passe sanitaire.
Le colloque sera également transmis par zoom
Pour obtenir le lien contactez Dorian Bianco

Séminaire IGP de l’année 2021/2022 : « Photographier le Grand Paris, Les visions de la construction métropolitaine » – Ecole des Ponts ParisTech (Champs-sur-Marne) – 21 octobre 2021

Mercredi 06 oct 2021

La troisième séance du Séminaire IGP de l’année 2021/2022, Photographier le Grand Paris, Les visions de la construction métropolitaine (organisée par Raphaële Bertho, Sonia Keravel, Nathalie Roseau et Frédéric Pousin (IPRAUS/AUSser) se tiendra le jeudi 21 octobre 2021 de 9h30 à 18h, à l’Ecole des Ponts ParisTech (accès au 12 boulevard Copernic, 77455 Champs-sur-Marne). 

Accédez au site IGP : Photographier le Grand Paris

Programme

9h00-9h15 : Accueil et café

9h15-9h45 : Introduction scientifique

Raphaële Bertho (Université de Tours), Sonia Keravel (ENSP Versailles), Frédéric Pousin (ENSA Paris Belleville), Nathalie Roseau (École des Ponts ParisTech)

10h00-13h00 : Objets métropolitains et invention de regards photographiques

Introduction et modération : Raphaële Bertho et Nathalie Roseau

Raphaële Bertho et Nathalie Roseau : Archéologie croisée d’un imaginaire photographique. L’exemple du boulevard périphérique à Paris

Mark Rice, St John Fisher College, Rochester NY (en retransmission) : Picturing the Changing American City in the 1970s. Photography from the NEA Photography Surveys and the EPA Documerica Project

André Lortie, ENSA Paris Belleville : Les années 60, Montréal voit grand

Antonello Frongia, Università degli studi Roma 3 : Constructing the Image of the First Italian Metropolis. Urban Photography in Milan in the 1960s and 70s

Discussion :

13h00-14h30 : Déjeuner libre

14h30-17h30 : Table ronde : Visions métropolitaines et archives

Introduction et modération : Sonia Keravel et Frédéric Pousin

Anne-Sophie Lienhard, Archives nationales : La ‘’propagande’’ du Grand Paris dans le fonds de la photothèque du Tourisme conservée aux Archives nationales (1940-1970)

Maxime Courban, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis : Les fonds photographiques aux Archives départementales

Anthony Rigault, Archives départementales des Yvelines : Les apports des paysagistes : quel apport pour l’histoire ?

Martien de Vletter, CCA Montréal : Présentation des collections du Centre Canadien d’Architecture (Montréal)

Ursula Wieser, CIVA Bruxelles : Présentation des collections du Centre International pour la Ville, l’Architecture et le Paysage (Bruxelles)

Discussion

17h45 : Clôture de la journée

Informations pratiques

Contacts : Raphaële Bertho (raphaele.bertho@gmail.com) ; Sonia Keravel (s.keravel@ecole-paysage.fr) ; Frédéric Pousin (frederic.pousin@wanadoo.fr) ; Nathalie Roseau (nathalie.roseau@enpc.fr)

[Parution] « Les matériaux métalliques – Histoire d’une technique et sauvegarde du patrimoine du XIXe siècle » / Sous la direction de Matteo Porrino, InFolio, 2021

Vendredi 01 oct 2021

« Les matériaux métalliques – Histoire d’une technique et sauvegarde du patrimoine du XIXe siècle » / Sous la direction de Matteo Porrino, InFolio, 2021, ISBN 9782884744812

Accédez au site de l’ENSA Paris-Malaquais : Les matériaux métalliques

Auteurs

Sous la direction de Matteo Porrino
Textes de : Jean-François Belhoste, Jennifer Freeman, Pierre-Antoine Gatier, Michael Kiene, Jean-Bernard Memet, Matteo Porrino, Andrew Saint, Benoît Stehelin, Bernard Vaudeville

Présentation

Sous le titre plaisant de “familièrement inconnues…”, Paul Chemetov et Bernard Marrey présentaient, au début des années 1970, dans les espaces du Bon Marché, les résultats de l’une des premières études patrimoniales sur l’architecture métallique de la capitale.

Dans l’intervalle qui nous sépare de cet événement fondateur pour la diffusion de la culture architecturale, les connaissances sur l’essor des matériaux métalliques au XIXe siècle se sont enrichies et complétées, si bien qu’aujourd’hui nous n’ignorons rien ou presque de l’adoption d’éléments en fonte, fer forgé, fer puddlé ou acier dans les structures, et de l’emploi de feuilles en plomb, zinc ou cuivre pour les revêtements des couvertures.

En abordant les questions liées à l’utilisation en architecture des alliages ferreux et de quelques autres métaux durant le XIXe siècle, nous poursuivons à travers cette deuxième parution notre réflexion autour des techniques constructives modernes et de la conservation du patrimoine commencé avec le volume Le béton armé – Histoire d’une technique et sauvegarde du patrimoine du XXe siècle.

Actes de la 2e journée d’étude d’histoire de la construction GSA/ENSA Paris-Malaquais, 23 novembre 2017

Journée nationale du Doctorat – 20 octobre 2021

Vendredi 01 oct 2021

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation organise une journée nationale du Doctorat, qui se tiendra le 20 octobre 2021 à l’Université Paris-Saclay.

Initiée par le M.E.S.R.I., la journée nationale du Doctorat est destinée principalement aux directions d’écoles doctorales, directions de collèges doctoraux, présidences et vice-présidences d’établissements, représentants des conférences et des associations de docteurs.

Accédez à l’annonce : journée nationale du Doctorat

Programme

Accédez au programme : cliquez ici

Journées nationales de l’architecture « Vivre ensemble » – 15 au 17 octobre 2021

Jeudi 30 sep 2021

La 6e édition des Journées nationales de l’architecture est placée sous le signe du « vivre-ensemble ».

Accédez au site : Journées nationales de l’architecture

Présentation

Extrait du site : Du dérèglement climatique à l’augmentation des inégalités, en passant par la polarisation des opinions publiques, nos sociétés doivent aujourd’hui faire face à de multiples pressions. Depuis début 2020, la crise sanitaire a encore accru leurs fractures et leurs dysfonctionnements et les a rendus plus visibles que jamais. 

Dans le même temps, cette crise bouleverse nos repères et fait évoluer nos modes de vie, donnant naissance à de nouveaux besoins et usages, comme l’illustre la révolution du télétravail.

De nombreux architectes cherchent à accompagner ces mutations et à apporter des solutions à ces défis. Ils réinventent les manières de faire la ville et imaginent des espaces durables et inclusifs, conçus pour favoriser la mixité et reconstruire un lien social distendu.

Afin de soutenir leur travail, diffuser les nouvelles pratiques architecturales et sensibiliser le grand public sur le rôle et l’impact de l’architecture dans la redéfinition du monde de demain, le ministère de la Culture a choisi de mettre le thème du « vivre-ensemble » à l’honneur de la 6e édition des Journées nationales de l’architecture. 

[Parution] La lettre des nouveautés du Carnet AUSser n°99 du 30 septembre 2021

Jeudi 30 sep 2021

La lettre des nouveautés du Carnet AUSser n°99 du 30 septembre 2021 est parue : cliquez ici

Vous découvrirez les actualités des membres de l’UMR AUSser (colloques, séminaires, expositions, publications) et des informations relatives à nos thématiques de recherche.

Retrouvez la collection de cette lettre : cliquez ici

Suivez nos actualités en allant aussi sur : FacebookLinkedinPortail documentaire.

La prochaine lettre paraîtra le jeudi 28 octobre 2021.

10es Rencontres du Réseau Espace rural & projet spatial : « SOL(S) EN PARTAGE : le sol comme milieu, ressource et mémoire » – Ambert – 6, 7 et 8 octobre 2021

Jeudi 30 sep 2021

Les 10es Rencontres du Réseau Espace rural & projet spatial : « SOL(S) EN PARTAGE : le sol comme milieu, ressource et mémoire » auront lieu à Ambre les 6, 7 et 8 octobre 2021.

Accédez à l’annonce : cliquez ici

Organisation

École Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Étienne (ENSASE), GRF Architectures & Transformations & École Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand (ENSACF), UMR Ressources
En partenariat avec le Parc naturel régional Livradois-Forez

Présentation

Les 10es rencontres du réseau ERPS, « Sol(s) en partage » proposent de convoquer de nouveau le sol comme matière première et support essentiels du projet et à engager une reconquête par le sol entendu à la fois comme milieu, ressource et mémoire, d’interroger l’urgence de mieux partager les sols, de mieux les considérer, les protéger, les ménager, les affecter, les utiliser, les exploiter, les mutualiser, etc. en écho à la nécessité de faire commun.

Ces rencontres ont pour ambition d’établir un portrait des manières dont le sol est questionné et mobilisé par toutes les sphères participant de la transformation des territoires, que celles-ci soient académiques, institutionnelles, associatives, habitantes, etc. En complément, sur la base de retours d’expériences de terrains, un travail plus prospectif et exploratoire doit permettre d’identifier les questionnements émergents, les évolutions et les tendances actuelles en matière de pratiques pédagogiques, de recherches et d’actions.

Ces 10es rencontres 2021 proposent une première journée de sessions et table-rondes rassemblant une vingtaine de contributeurs et une
journée plus spécifiquement dédiée au territoire du PNR du Livradois-Forez, partenaire de ces rencontres.

Programme

Accédez au programme : cliquez ici

Contributions membres UMR AUSser

Mercredi 6 octobre :
Conférence inaugurale de Sébastien MAROT (membre OCS/AUSser, Professeur ENSA Paris Est & Professeur invité EPFL, philosophe) : Prendre le parti de la campagne

Jeudi 7 octobre :
Giaime MELONI, (docteur en architecture et ville, membre de l’OCS / AUSser, MCF associé ENSACF) : Prélèvements photographiques : le sol en images
Frédérique MOCQUET, (architecte, membre associée OCS/AUSser, MCF ENSA Paris Est) anime : TABLE RONDE 1 : Sol(s), support des transitions et TABLE RONDE 3 : Le projet de sol
Federico DIODATO, (architecte-urbaniste, doctorant OCS/AUSser ENSA Paris Est) : Terrains relationnels : le sol comme ressource
productive partagée


Vendredi 8 octobre :
Laurie GANGAROSSA (architecte, MCF ENSACF, OCS/AUSser) : modératrice du débat : Perceptions et incidences de la loi ZAN au regard des spécificités du territoire du Livradois-Forez

Informations pratiques

LIEUX DE TENUE DES RENCONTRES : Les 06, 07 et 08 octobre : Salle Ambert en scène, rue Blaise Pascal, 63600 Ambert

Pour toute information : rencontres.erps.2021@gmail.com

Pages