Actualités du carnet de veille d'AUSser

S'abonner à flux Actualités du carnet de veille d'AUSser
Architecture Urbanisme Société : Savoirs, Enseignement, Recherche
Mis à jour : il y a 2 heures 12 min

[Call for Papers]: Universities and Architectural Heritage. Singapore, 7-9 November 2020 (deadline: 26 june 2020)

Mardi 19 mai 2020

The Association of Pacific Rim Universities (APRU) is a network of universities from Asia, Australasia and the Americas. The association established the APRU University Museums Research Symposium in 2012 to bring participants together for the sharing of research and education initiatives concerning their universities’ cultural and scientific collections.

Presentation

This year’s symposium, the 4th in the series, is hosted by the National University of Singapore and explores the architectural heritage on university campuses through the following themes:

  • Architectural heritage as a pedagogical resource
  • Architectural preservation on university campuses
  • Bequest of estates to universities
  • University archives as research resources
Information

Abstracts of no more than 300 words, for presentations of 15 mins per presenter, must be submitted in English to apru2020@nus.edu.sg by 26 June 2020. Please include a biography of not more than 150 words. For submissions, please use the template available here. Selected presenters will be notified by the end of August 2020.

More information about the symposium can be found on the symposium webpage.

For other enquiries, please email apru2020@nus.edu.sg.

[Call for Papers]: AHRA 2020: Housing and the City. Nottingham, 19-21 November 2020 (deadline: 30 June 2020)

Mardi 19 mai 2020

17th Annual International Conference of the Architectural Humanities Research Association
Hosted by the Architecture, Culture and Tectonics Research Group, Department of Architecture and Built Environment, University of Nottingham

Given the ongoing developments around Covid-19, the organizing committee decided to host the AHRA 2020 Housing and the City conference online only.

Given the changes to our lives brought about by the current Covid19 pandemic, a short additional call for papers for this year’s AHRA International Conference, Housing and the City, has been announced.

Call

Housing and the City After the Pandemic

The primary question asked by the original AHRA 2020 conference call was this: what does it mean to be at home in the city in the twenty-first century? As the world continues to fight the rapid spread of Covid19, we might not yet be in a position to substantively rethink this question, let alone to predict a new urban reality of segregation and containment. However, this call for papers invites you to reflect and speculate on how the effects of the pandemic will shape our lives, how it challenges our conception of the home and the city, how it affects the complex relationships between the individual and the collective, the public and the private, how it might affect the dynamism of the urban.

The conference organizers invite contributions in the form of individual papers or roundtable discussions, as well as submissions in a range of media, for example film, artwork or photography, that reflect and speculate on how the pandemic will shape our urban lives into the future.

Information

Expressions of interest should take the form of an abstract of 300 words, be submitted via the conference website, by 30 June 2020.

You can find more information about the conference and submit your abstract at the conference webpage.

This call for papers can be downloaded here.

[Call for Papers]: Retrofit – Energy Crises & Climate Exigencies from Preservation’s Perspective. Future Anterior Journal (deadline: 1 july 2020)

Mardi 19 mai 2020
Presentation

Guest Editors: Fallon Aidoo and Daniel A. Barber

Website: Future Anterior Journal

For this issue of Future Anterior, we welcome papers that examine historical or contemporary retrofitting practices and theories in relation to climate crises and energy challenges. Although “‘Reduce, Reuse, Recycle” served as a catchy public education tool for American environmental activists and American practitioners in the 1990s, adaptation of the built environment to the climate has deeper, broader roots than recent efforts to reduce new construction, reuse existing building stock, and/or recycle building materials. Retrofit, a theory of preservation practiced globally in accordance with diverse disciplines, politics, cultures and resources, is a crucial aspect of the world’s low carbon past and future.

Information

Scholarly texts of no more than 4000 words (including references and footnotes) will undergo double-blind, peer review. Although authors are invited to submit papers on people, places, and projects across the globe, all submissions must be written in (or translated into) English for consideration. Only papers submitted to Future.Anterior.Journal@gmail.com by 1 July 2020 will be reviewed for publication.

The full call for papers with the description of the possible themes and the instructions for submission can be downloaded hereor accessed at Future Anterior webpage.

[Call for Papers]: Hybrid Symposium: Remote Practices: Architecture in Proximity. Sidney, 8-9 October 2020 (deadline: 1 july 2020)

Mardi 19 mai 2020
Presentation

Earlier this year, a CfP entitled ‘remote practices’ proposed to explore how architecture’s complex and distant interfaces are being intensified through a mass globalization of the discipline. In it the symposium organizers sought to explore how the remote practice of architecture has become inherent in the way phases of early ideation to late production could take on surprising transformations as architects and critics use different tools to manifest ideas and imaginations to the otherwise distant and invisible; to design, describe and critique future and past constructions in absentia. In late January 2020, a Covid-19 pandemic emerged and the proposed conference was put on hold.

As Covid-19 rapidly infected persons across the world, it made many of the issues wished to discuss in the original CfP more timely as lockdowns were enforced globally to reduce the rate and risk of contagion and death. As people retreated to their homes, the business of doing architecture in schools and offices also shifted into this temporary holding space. Face-to-face encounters were curtailed in favour of virtual meetings. Architecture, a discipline which thrives on expression and imagination, and which had already been remotely practised by way of translation across different media and sites, now takes on a further dimension of distancing; this time in the absence of a physical community of architects, designers, teachers and students.

This symposium is interested in the future, and legacy, of architecture after the pandemic. Already production of drawings and models take place on the table at the office, and later, these ideas are transferred onto the construction site. The distances between these different modes of doing architecture – drawings, diagrams and models, manifestos and critiques in the printed form; augmented reality walkthroughs and digital films; digital prefabrication technologies, and the built form – create several thresholds by which architecture may already be understood as a remote practice. Yet, confronted with a failing global economy, the temporary stoppage of travel, the still undefined length of closure of many construction sites, schools of architecture, and the absence of office environments where ideas can be openly discussed and materialized through conversation, what are the local and global implications which this pandemic presents for the future pedagogy, practice and critique of architecture?

Information

The symposium invites papers and creative work to participate in a hybrid platform of virtual presentations and local participants focusing on the areas of pedagogy, practice, and critique. You can access here the full call for papers for a detailed description of the possible themes.

Abstracts of no more than 350 words, accompanied by an 80-word biographical profile, and 1 image (JPG, 300dpi) are to be submitted to remotepractices@gmail.com by 1 July 2020.

Appel à articles pour Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère : Penser l’architecture par la ressource (date limite : 15 octobre 2020)

Lundi 18 mai 2020

Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère lancent le 10e dossier thématique de la nouvelle formule en ligne de la revue, intitulé « Penser l’architecture par la ressource« , Coordinateurs du dossier : Nicolas Fiévé et Xavier Guillot.

Appel Appel à articles : Penser L’architecture par la ressourceTélécharger Modalités

Les propositions d’articles complets seront envoyées par mail avant le 15 octobre 2020 au secrétariat de rédaction des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère : secretariat-craup@culture.gouv.fr

Pour plus d’informations, contacter Aude Clavel au 06 10 55 11 36

[En ligne] 3 billets Lab&doc : A la découverte des services d’archives

Lundi 18 mai 2020

Les Lab&doc continuent d’aller pour vous à la découverte de sites, portails, plateformes, catalogues.

Cette fois-ci, les Lab&doc vous proposent d’explorer les sites des services d’archives : archives nationales, régionales, municipales, intercommunales, des établissements publics.

Vous découvrirez en ligne des documents numérisés pouvant vous intéresser : des collections de cartes postales, de photographies, de cartes et plans, de documents vous renseignant sur l’histoire de certaines villes, de bâtiments, d’architectes.

– Episode 1 : A la découverte des fonds d’archives : les archives nationales
https://labedoc.hypotheses.org/7695

– Episode 2 : A la découverte des fonds d’archives : les archives départementales, communales et intercommunales
https://labedoc.hypotheses.org/7713

– Episode 3 : A la découverte des fonds d’archives : les archives des établissements ayant des fonds sur l’architecture https://labedoc.hypotheses.org/7735

Appel à candidatures 2021 : Résidence à la Cité internationale des arts (date limite : 19 juin 2020)

Lundi 18 mai 2020

L’Académie d’architecture offre à des professionnels et des chercheurs de tous les pays, particulièrement des jeunes, la possibilité de résider à la Cité internationale des arts, située dans le cœur historique de Paris. Ce programme a pour but de les aider dans leur carrière et de créer des liens avec eux, en leur permettant de développer un projet personnel.

L’Académie d’architecture est une association reconnue d’utilité publique rassemblant environ 350 membres: architectes éminents et personnalités contribuant au rayonnement de l’architecture en France ou dans le monde. Elle est l’héritière de la Société centrale des Architectes fondée en 1840. Son rôle est la promotion de la qualité de l’architecture, de l’aménagement de l’espace, l’encouragement de leur enseignement, la préservation de la mémoire de l’architecture et sa diffusion culturelle.

Depuis sa création en 1965, la Cité internationale des arts accueille en résidence des artistes du monde entier. C’est un lieu de vie ouvert au dialogue entre les cultures, où les artistes rencontrent leurs publics et des professionnels.

La Cité internationale des arts s’étend sur deux sites complémentaires, l’un dans le Marais, où ce programme prend place, et l’autre à Montmartre. En partenariat avec 135 organismes souscripteurs français et internationaux, elle accueille chaque mois plus de 300 artistes de toutes disciplines, originaires d’une centaine de pays. Il n’y a pas de limite d’âge mais ils doivent être adultes.

Appel Appel-à-candidatures-2021Télécharger Informations pratiques

Les dossiers devront être envoyés en format numérique à acadarch@wanadoo.fr et mireille.grubert@free.fr avant la date limite du 19 juin 2020

Les dossiers seront sélectionnés par l’Académie d’architecture, et transmis à la Cité internationale des arts. Ils comporteront les pièces suivantes :

  • une lettre de motivation,
  • le projet mené pendant la résidence,
  • un portrait photo,
  • un CV indiquant l’âge et la nationalité
  • un dossier d’œuvres et/ou des liens vers un site-web où le travail peut être visualisé,
  • lettre(s) de recommandation.

Les critères retenus pour la sélection seront notamment :

  • les liens spécifiques du projet avec l’architecture, l’urbanisme et le patrimoine,
  • la spécificité du projet en France,
  • les modes de valorisation de l’Académie d’Architecture en France et à l’étranger.

[Paru] Etude de l’APUR « Les mobilités émergentes, trottinettes, scooters et vélos en partage », mai 2020

Samedi 16 mai 2020

Etude de l’APUR « Les mobilités émergentes, trottinettes, scooters et vélos en partage : profils, pratiques, attentes à partir d’une enquête réalisée auprès des utilisateurs », mai 2020, 1 Vol. (100 p.)

Accédez à l’étude en ligne : Les mobilités émergentes

Résumé

Les mobilités urbaines ont profondément évolué en peu d’années, offrant une plus grande diversité de services. 
Popularisés par Vélib’ et Autolib’, les services partagés ont connu un bouleversement profond avec l’arrivée des opérateurs privés de micro-mobilités en free-floating. La réussite de ces services repose sur leur stratégie d’implantation dans de grandes métropoles caractérisées par une densité élevée du bâti et de la population, une structure de la population majoritairement composée de jeunes, d’actifs, et notamment de cadres, une mixité des fonctions, une forte fréquentation touristique et un maillage fin d’espaces publics. Les trottinettes, scooters et vélos en libre-service offrent une nouvelle expérience de mobilité aux citadins et modifient profondément l’usage des espaces publics. 

L’Apur, dans le cadre de son programme partenarial, a ainsi souhaité mieux documenter ces usages et les utilisateurs qui leur sont associés.

Cette étude est composée de deux grands chapitres.

  • La première partie documente les pratiques en s’appuyant sur les expertises de chercheurs et les résultats d’enquêtes livrés par des bureaux d’études et des organismes institutionnels. 
  • La deuxième partie présente l’analyse de l’enquête menée par l’Apur auprès de plus de 11 000 usagers pour mieux documenter leur profil, les freins et les attentes associés à ces offres. Elle livre ainsi une cartographie spatiale, sociale et fonctionnelle de la micro-mobilité. 

Cette enquête a été menée en lien avec 10 opérateurs, la Ville de Paris et Ile-de-France Mobilités.

[Paru] « L’Asie du Sud-Est 2020 : bilan, enjeux et perspectives » / Dirigé par Christine Cabasset et Claire Thi-Liên Tran, Irasec et Les Indes Savantes, avril 2020

Samedi 16 mai 2020

« L’Asie du Sud-Est 2020 : bilan, enjeux et perspectives » / Dirigé par Christine Cabasset et Claire Thi-Liên Tran, Irasec et Les Indes Savantes, avril 2020, 1 Vol. (456 p.), ISBN : 978-2-84654-544-0

Accédez au site éditeur : L’Asie du Sud-Est 2020

Résumé

Chaque année, l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (IRASEC), basé à Bangkok, mobilise une vingtaine de chercheurs et d’experts pour décrypter l’actualité régionale. L’Asie du Sud-Est – véritable carrefour économique, culturel et religieux – constitue un espace unique d’articulation des diversités sur la longue durée et le demeure plus que jamais aujourd’hui. Cette collection permet de suivre au fil des ans l’évolution des grands enjeux contemporains de cette région continentale et insulaire de plus de 650 millions d’habitants et d’en comprendre les dynamiques d’intégration régionale et de connectivités avec le reste du monde.

L’Asie du Sud-Est 2020 propose une analyse synthétique et détaillée des principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux et diplomatiques survenus en 2019 dans chacun des onze pays de la région, complétée par un focus sur deux personnalités de l’année et une actualité en image marquante. L’ouvrage propose également quatre sujets traités à l’échelle régionale : les constitutionnalismes illibéraux, les nouvelles formes de la militarisation, la diffusion du salafisme, les relations commerciales entre l’Asie du Sud-Est et l’Afrique subsaharienne. Des outils pratiques sont également disponibles, dont une fiche et une chronologie par pays et pour la région ainsi qu’un cahier réunissant les principaux indicateurs démographiques, sociaux, économiques et environnement.

[En ligne] #ARCHITECTUREALAMAISON N°8 : Quelles architectures pour les actes fondamentaux ? – Pavillon de l’Arsenal – 7 mai 2020

Mercredi 13 mai 2020

ARCHITECTUREALAMAISON N°8 : Quelles architectures pour les actes fondamentaux ?
– Pavillon de l’Arsenal
Quelles architectures pour les actes fondamentaux du quotidien ? Quels espaces pour se laver, manger, dormir, travailler, consommer, recevoir ? Chacun de ces gestes exige des lieux et dispositifs pour s’accomplir et parfois s’institutionnaliser. Richard Scoffier, architecte, philosophe et professeur de l’Université populaire du Pavillon de l’Arsenal, explore l’évolution des milieux qui accueillent et permettent ces rituels. Enregistré avant la pandémie, ces cours témoignent de nos modes de vie d’hier et de leurs interprétations spatiales. Ils questionnent alors nos habitudes et interrogent nos univers de demain.

Appel à communication « Les fonds iconographiques et audiovisuels de la Reconstruction en France (1940-années 1960) » (date limite : 24 juillet 2020)

Mercredi 13 mai 2020
Comité d’organisation

Christel Palant-Frapier, maître de conférences à l’ENSA de Versailles
Boris Labidurie, responsable des fonds Reconstruction, Urbanisme, Logement, Aménagement du Territoire, aux Archives nationales

Appel Appel A Communication Archives Reconstruction 2021 Télécharger Résumé

L’École nationale supérieure d’architecture de Versailles et les Archives nationales organisent une journée d’études au printemps 2021 qui a pour thème Les fonds iconographiques et audiovisuels de la Reconstruction en France (1940-années 1960).

Parce qu’une image ne parle pas d’elle-même, l’objectif de cette journée sera d’une part de présenter les types de documents iconographiques et audiovisuels en rapport avec la Reconstruction dont sont dépositaires les différentes institutions patrimoniales, tout en appréhendant leur contexte de production et leur richesse.

La journée d’études abordera d’autre part ce que les fonds iconographiques et audiovisuels véhiculent en terme d’informations, tels que les matériaux et la matérialité, la promotion de la Reconstruction, la circulation des modèles étrangers, etc.

Des cas d’usage des fonds iconographiques à des fins de valorisation, d’utilisation innovante pour la recherche, la connaissance historique pourront également être présentés. Réunissant aussi bien des chercheurs que des archivistes, la journée d’études est également ouverte aux professionnels et opérateurs de terrain aujourd’hui confrontés à l’actualité et au devenir du patrimoine architectural et urbain de la Reconstruction.

[Paru] « Habiter les vacances. Architectures et urbanisme des Trente Glorieuses sur le littoral varois » / Pascale Bartoli, Editions imbernon, mars 2020

Mardi 12 mai 2020

« Habiter les vacances. Architectures et urbanisme des Trente Glorieuses sur le littoral varois » / Pascale Bartoli, Editions imbernon, mars 2020, 1 Vol. (224 p.), ISBN 9782919230273

Accédez au site éditeur : Habiter les vacances

Résumé

Cet ouvrage s’appuie sur un inventaire raisonné des cités de vacances réalisées durant la période des Trente Glorieuses dans le Var. À partir d’une analyse conduite à différentes échelles : urbanisme territorial, logiques des plans de masse, typologies des logements et aménagements intérieurs ; il aborde un large ensemble de thèmes comme : les stratégies de préservation des paysages, engagées depuis les années 1920 avec le Plan Prost pour le littoral ; les traditions et évolutions des montages financiers et juridiques des projets balnéaires ; et enfin la vision idéalisée des villages de vacances en écho à la construction d’un nouvel imaginaire des vacances propre aux Trente Glorieuses, le « vivre dehors » et une dimension d’utopie communautaire affirmée. L’ouvrage se propose aussi de montrer les modalités et la valeur du transfert de ces expériences qualitatives vers des opérations de logements ordinaires.

Appel à communications pour la Journée d’étude « Co-concevoir en architecture » (date limite : 29 juin 2020)

Vendredi 08 mai 2020
Comités

Conseil scientifique : Eric Chauvier, professeur à l’EnsaV, membre du LéaV, François Robinet, MCF à l’Université de Versailles Saint-Quentin, co-responsable de la School Humanités de l’UP Saclay, Nathalie Simonnot, directrice du LéaV, EnsaV, Annalisa Viati Navone, professeur à l’EnsaV, membre du LéaV
Pour le Comité d’organisation : Luciano Aletta, Marina Khémis, Ronan Meulnotte, Marianela Porraz, Sylviane Saget (Doctorants au LéaV)

Appel Appel à communication pour la journée d’étude qui se déroulera le 16 octobre 2020 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles, organisée par les doctorants du laboratoire de recherche de l’EnsaV (LéaV) et intitulée : CO-CONCEVOIR EN ARCHITECTURE : Formes de collaboration et hybridations des savoirs

Accédez à l’appel LéaV
Télécharger Informations pratiques

Les propositions de communication (500 mots maximum) devront être adressées en anglais ou en français le 29 juin 2020 au plus tard à l’adresse suivante : leavdoctorants@gmail.com

Appel à communications du colloque « 1989, hors-champ de l’architecture officielle. Des petits mondes au Grand» (date limite : 29 juin 2020)

Vendredi 08 mai 2020
Organisateur

Appel à communications du colloque « 1989, hors-champ de l’architecture officielle. Des petits mondes au Grand » organisé par le Laboratoire ACS, Architecture, Culture Société/UMR AUSser 3329, qui se tiendra les 27 et 28 novembre 2020 dans les espaces de l’ENSA Paris Malaquais.

Présentation

À la croisée de l’architecture et des sciences humaines, en utilisant la date de 1989 avec le double rôle de prétexte et de repère, ce colloque vise à tenter une archéologie architecturale du présent. Une investigation,  qui relève de ce que l’on a pu appeler «  l’histoire du temps présent  », qui part de la France pour s’ouvrir peu à peu à des perspectives internationales. 

Appel Appel à communication 1989Télécharger Informations pratiques

Les propositions de communication sont à déposer sur la plateforme https://1989.sciencesconf.org, en cliquant sur l’onglet « Nouveau dépôt » et ensuite « Connexion » (si vous n’avez pas encore un compte SciencesConf ou HAL, vous devez en créer un). Le texte de la proposition doit être inséré dans le champ « Résumé ». Le CV (en format PDF) doit être déposé dans l’étape 3 du dépôt, dans le champ « Données supplémentaires » > « Déposer un fichier ».
Pour toutes autres informations vous pouvez contacter l’équipe d’organisation du colloque à l’adresse suivant : colloque1989@gmail.com

[Paru] « Beyrouth dans ses ruines » / Sophie Brones, Editions Parenthèses, mai 2020

Mercredi 06 mai 2020

« Beyrouth dans ses ruines » / Sophie Brones, Editions Parenthèses, mai 2020, 1 Vol. (256 p.), Collection Parcours méditerranéen, ISBN 978-2-86364-357-0

Accédez au site éditeur : Beyrouth dans ses ruines

Résumé

Après quinze années de guerre civile et dans un climat politique très instable, Beyrouth, entre ruines et chantiers, s’est renouvelée dans un mouvement effréné qui échappe au consensus.
La métropole libanaise, palimpseste où affleurent de multiples strates d’urbanisation, a été et reste le champ d’une opposition farouche entre, d’un côté, partisans de l’effacement des traces d’un passé violent et, de l’autre, défenseurs de la cause patrimoniale. Mais dans cet espace urbain complexe, comment identifier ce qui relève du patrimoine ?
Loin d’être univoque, cette notion fait ici l’objet d’un état des lieux, dans l’histoire récente et à travers le prisme des différents protagonistes de la cité. De l’urbaniste au citadin ordinaire, chacun dessine une conception singulière du passé dans le paysage de la ville. Dès lors, des enjeux de tous ordres surgissent et se heurtent. Les ambitions politiques ou spéculatives rivalisent avec les stratégies de promotion ou de défense d’un capital culturel et symbolique.
Ainsi, bien plus que des traces comme témoignage d’une douloureuse période historique, les îlots ruinés de Beyrouth révèlent les conflits irrésolus qui secouent toujours la société libanaise.

[Paru] « Raj Rewal, de l’architecture au paysage culturel » / Sandrine Gill (propos recueillis par), Editions Parenthèses, mai 2020

Mercredi 06 mai 2020

« Raj Rewal, de l’architecture au paysage culturel » / Sandrine Gill (propos recueillis par), Editions Parenthèses, mai 2020, 1 Vol. (224 p.), Collection Architectures, ISBN 978-2-86364-353-2

Accédez au site éditeur : Raj Rewal, de l’architecture au paysage culturel

Résumé

Raj Rewal est un architecte indien né en 1934, toujours actif et qui est considéré comme l’un des plus marquants de l’Asie du Sud-Est.
L’importance et la diversité de sa production architecturale et urbaine, les leçons qu’il tire de l’architecture traditionnelle, son souci pour un logement de qualité accessible au plus grand nombre et, finalement, le fait qu’il parvienne à atteindre tous ces objectifs en suivant une voie originale, en dehors du modernisme occidental, font de Raj Rewal un architecte remarquable et exemplaire, dont l’engagement et l’œuvre méritent d’être connus en France.
L’auteur, franco-indienne, qui connaît Raj Rewal de longue date, a réalisé une série d’entretiens entre 2016 et 2017, la plupart en Inde et certains à l’occasion de visites des bâtiments de l’architecte. L’intérêt de cette méthode est de recueillir les propos mêmes de l’architecte qui, comme beaucoup de praticiens, n’a quasiment jamais écrit de textes sur son propre travail. Cette découverte du parcours et de l’œuvre de Rewal s’avère ainsi très vivante, abordable par un public non spécialisé et s’accompagne d’une dizaine de développements venant explorer, pour quelques-uns des principaux projets de Rewal, les liens d’inspiration avec un bâtiment (ou un site) du patrimoine indien autour d’un thème.
L’ouvrage se termine par une série de courtes monographies sur une quinzaine de projets de l’architecte, illustrées de dessins et de photographies.
La majeure partie des photographies sont de Ferrante Ferranti familier de l’œuvre de Rewal et a une formation d’architecte.

[Paru] « Le paysage est une traversée » / Gilles A. Tiberghien, Editions Parenthèses, mai 2020

Mercredi 06 mai 2020

« Le paysage est une traversée » / Gilles A. Tiberghien, Editions Parenthèses, mai 2020, 1 Vol. (168 p.), Collection La Nécessité du paysage, ISBN 978-2-86364-412-6

Accédez au site éditeur : Le paysage est une traversée

Résumé

À travers une série d’études, ce livre développe l’idée que le paysage, loin d’être un spectacle ou un « objet » d’étude, doit être saisi comme un milieu dynamique. Qu’il ne soit pas quelque chose mais qu’il faille plutôt le considérer comme une relation, c’est ce que pensent aussi, à des degrés divers, plusieurs auteurs contemporains.
Cependant, en étudiant diverses façon d’aborder cette question du paysage dans la manière dont nous l’appréhendons à partir de la marche, de la danse ou du déplacement en général, en pensant avec un théoricien comme John Brinckerhoff Jackson, une danseuse, Hannah Halprin — et son mari l’architecte Lawrence Halprin —, un collectif, Stalker, des artistes, Carl Andre et George Trakas ou Mattias Poisson, ce qui est privilégié ici, c’est l’expérience du paysage. Cette expérience passe aussi par des formes particulières de désorientation que l’art nous permet de mieux appréhender. Ainsi le déplacement horizontal auquel se double-t-il implicitement d’une vision verticale qu’on peut comprendre comme une autre façon de le traverser. Une façon de voir que nous restituent à leur façon diverses formes de représentation, la carte, et la riche production imaginaire qui l’accompagne, mais aussi la photographie aérienne avec tout ce que l’aviation nous permet de comprendre des échelles et de la taille des territoires que nous survolons. Là, tout se passe en un sens comme si nous avions déjà volé et que ces images réactivaient une sorte d’inconscient archaïque constitutif de notre intelligence des paysages.
Une même conviction traverse tous ces textes à savoir que pour comprendre et transformer nos paysages, pour y vivre et pour les aimer, il nous faut mobiliser un goût esthétique et un imaginaire productif. L’art est, en effet, au cœur de ces développements qui s’appuient en même temps sur l’histoire, la philosophie et l’anthropologie.

[Paru] « Les architectes au défi de la ville néolibérale » / Véronique Biau, Editions Parenthèses, mai 2020

Mercredi 06 mai 2020

« Les architectes au défi de la ville néolibérale » / Véronique Biau, Editions Parenthèses, mai 2020, 1 Vol. (288 p.), ISBN 978-2-86364-684-7

Accédez au site éditeur : Les architectes au défi de la ville néolibérale

Résumé

Jusqu’à une période récente, la grande commande publique constituait le système de référence et l’État jouait un rôle prépondérant dans la désignation des politiques et des élites architecturales. Sous des formes différentes dans l’Histoire, les architectes ont exercé au plus près du pouvoir politique. Avant 1968, c’est la longue survivance du système originaire du XVIIe siècle, autour de l’Académie royale d’architecture, de l’École des beaux-arts et du Prix de Rome. Après 1968 et jusqu’au tournant des années 2000, c’est une politique étatique de promotion de la qualité architecturale qui a fait émerger un star-system d’architectes des grands édifices publics.
Tout ceci a commencé à s’effacer il y a une vingtaine d’années, au fur et à mesure du recul des investissements publics dans les politiques urbaines et architecturales. D’autres modalités de production se sont fait jour, comme celle du « partenariat public-privé » (PPP) issu du courant néolibéral britannique, mettant les concepteurs face à des dispositifs fortement conduits par les logiques technico-économiques des grands opérateurs du BTP, loin du statut prestigieux que donnait aux architectes-concepteurs leur connivence avec le pouvoir politique.
En s’appuyant sur l’analyse du quotidien de leur activité dans des contextes de commande diversifiés on constate notamment combien le modèle du « colloque singulier » – l’architecte et son client –, qui structure l’imaginaire de cette profession est décalé par rapport au registre fondamentalement inter-organisationnel en train de se mettre en place. Que deviennent les architectes, que devient l’architecture dans un monde où la fabrication de la ville est structurée autour de grosses organisations clientes et de puissantes entreprises positionnées sur toute la chaîne des activités économiques de l’aménagement, des services urbains à la gestion immobilière en passant par la construction ?

[En ligne] Note de cadrage de l’APUR : « Mutations dans les quartiers de gare du Grand Paris Express – Les 33 gares mises en service après 2025 », mai 2020

Mercredi 06 mai 2020
Note de cadrage

Après avoir publié fin 2019, une première étude sur les «Mutations dans les quartiers de gare du Grand Paris Express», l’Observatoire des quartiers de gare du Grand Paris Express engage en 2020 l’analyse des quartiers des 33 gares mises en service après 2025.

Accédez à l’annonce : Note
Accédez au document en ligne : Grand Paris Express

Présentation

En 2020, l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur), en partenariat avec la DRIEA et la SGP et accompagné par l’EPF Île-de-France et Grand Paris Aménagement, poursuit l’analyse des mutations dans les quartiers de gare du Grand Paris Express en étudiant les 33 quartiers dont la gare sera mise en service entre 2025 et 2030.

Cela comprend 9 quartiers de la ligne 18 (d’Aéroport d’Orly à Versailles Chantiers), 4 quartiers de la ligne 17 (du Triangle de Gonesse au Mesnil-Amelot), 9 quartiers de la ligne 15 ouest (entre Pont de Sèvres et Saint-Denis Pleyel), 10 quartiers de la ligne 15 est (entre Saint-Denis Pleyel et Champigny Centre), ainsi que le quartier de Chelles sur la ligne 16.

Dans la prolongation de la première étude de 2019 qui analysait l’impact du nouveau métro dans les 35 premiers quartiers accueillant le GPE d’ici 2025, cette nouvelle analyse présentera un état d’avancement de projets urbains dans les 33 quartiers de gare ciblés ainsi que les programmations des projets, qu’elle étudiera au prisme de 5 politiques publiques :

  • le rééquilibrage territorial, la mixité fonctionnelle et l’accélération de la construction de logements ;
  • la mixité sociale et la réduction des inégalités ;
  • l’engagement environnemental et l’innovation au service de la ville zéro carbone ;
  • l’accessibilité́ et l’embellissement des espaces publics ;
  • les nouveaux modes de faire.

Cette note de cadrage présente le travail qui va être réalisé dans le cadre de cette nouvelle étude. La publication de l’étude est prévue pour septembre 2020.

[Parution] « Urbanisme et biodiversité » / sous la direction de Philippe Clergeau, éditions Apogée, juin 2020

Mercredi 06 mai 2020

« Urbanisme et biodiversité : vers un paysage vivant structurant le projet urbain » / sous la direction de Philippe Clergeau, éditions Apogée, juin 2020, 1 Vol. (328 p.), ISBN : 978-2-84398-642-0

Accédez au site éditeur : Urbanisme et biodiversité

Résumé

L’urbanisme est à un virage de son histoire. La prise en compte de la nature en ville et notamment de la végétalisation participe pleinement à une demande sociétale et économique, tant les services rendus sont importants en ces temps de réchauffement climatique et des besoins de régulation des pollutions et d’ambiances ressourçantes.
Mais l’idée majeur de cet ouvrage est d’aller encore plus loin en plaçant les processus écologiques et la biodiversité au cœur du projet urbain. Il ne s’agit alors plus seulement d’intégrer la nature dans la ville mais de faire un écosystème urbain. Il ne s’agit plus de bâtir un établissement humain mais bien de donner une place aussi importante au non-bâti qu’au bâti.
Les très nombreuses compétences réunies dans l’ouvrage fournissent des pistes de réflexion, des méthodes et des exemples de cas concrets qui souhaitent contribuer à un indispensable changement de paradigme du projet urbain.

Pages