La production de la ville en contexte labellisé. Matera, Capitale européenne de la culture en 2019.

Thèse en cours
Type de doctorat: 
Doctorat en formation initiale
Année de début de la thèse : 
2016
Directeur de recherche : 
Discipline: 
Architecture
Equipe de recherche : 
Université : 

 Analysés    comme    un    des    leviers    du    basculement    dans    un    régime    de    concurrence    entre    les    villes, les    processus    de    labellisation    s’inscrivent    dans    une   ère  définie    par    la    compétition    internationale (Winter,    2014).    Dans    ce    contexte,    les    prix    et    labels    sont    devenus    des    outils    d’action    publique pour    inciter    les    villes    à    innover    et    diffuser    un    certain    nombre    de    «    bonnes    pratiques    »    (Devisme et    al,    2008).    Ces    stratégies    s’accompagnent    de    profondes    transformations   urbaines    qui    visent    à renouveler    l’image    des    villes    afin    d’attirer    un    nouveau    public    de    visiteurs    et    d’investisseurs.    Cet enjeu    de    visibilité    est    particulièrement   manifeste    dans    le    cas    de    villes    moyennes    qui    cherchent    à se    distinguer    dans    la    sphère    globalisée    et    devenir    attractives.    Cette    recherche    doctorale    vise    à analyser    les    mutations    du    territoire    urbain    de    Matera    qui    interviennent    à    la    suite    d’une    double labellisation    :    en    1993,    la    ville    est    inscrite    sur    la    liste    du  patrimoine    mondial    de    l’Unesco    ;    en2014,    elle    est    choisie    comme    Capitale    Européenne    de    la    culturepour    l’année    2019.

La    recherche    interroge    les    effets    des    labellisations    sur    la    production    de    la    ville    par    la    mise    en œuvre    de    plusieurs    ‘générations’    de   politiques   d’aménagement    :    de    la    même    manière    que    les «    strates    de    labellisation    »    se    superposent    -    explique    Fournier    (2014)    -    les    politiques    urbainesaux   objectifs     différents     se     succèdent.    S’inscrivant     dans     le     champ     des     études     urbaines,     notre étude    est    orientée    vers    trois    domaines    de    réflexion    :    les   représentations,    la    planification    urbaine et    les    jeux    d’acteurs        Sous    le    prisme    de    la    labellisation,    nous    nous    demandons    comment    les représentations    sont   construites    et    instrumentalisées.    Plus    particulièrement,    nous    portons    notre attention    sur    la    relecture    des    héritages    dans    la    production    urbaine    contemporaine.    De   ce    point de    vue,    Matera    constitue    un    cas    d’étude    éclairant,    dans    la    mesure    où    nous    faisons    dialoguer    la récente    labellisation    CEC    avec    l’histoire    longue    de   la    ville    et    sa    patrimonialisation    UNESCO    en 1993.    Ville    stigmatisée    de    «    honte    nationale    »    au    symbole    de    Capitale    culturelle,    la    reconversion de    l’image    de   Matera    opérée    à    travers    les    labels,    nous    engage    à    analyser    la    manière    dont    ce renversement    se    traduit    dans    la    politique    d’aménagement    ou   résulte    de   celle-ci.

 Dans    cette    perspective,    notre    objectif    est    d’interroger    la    manière    dont    la    labellisation    modifie    les modes    de    conception    et    de    gestion    d’une    ville   moyenne.  Pour    ce    faire,    nous    nous    attachons    à étudier    les    systèmes    d’acteurs    spécifiques    mobilisés        dans    les    projets    relatifs    au    label    Capitale européenne   de   la    culture,    leurs    niveaux    d’intervention    (nationale,    européenne,    internationale)    et les    visions    prospectives    qui    en    découlent    à    l’échelle    urbaine,    architecturale   et   paysagère.    Notre analyse     porte     également     sur     les     transformations     qui     restent     en     marge     de     la     labellisation     et engagent     des     restructurations     plus     profondes     sur     l’ensemble     de     la     ville.    

 La     participation habitante    étant    l’un    des    critères    fondamental    pour    l’obtention    du   label    CEC,    nous    questionnons la    place    des    citoyens    dans    ce    processus    et   le   rôle    qui    leur    est    attribué    :    acteurs    ou    spectateurs. Les    transformations    sociospatiales    de    la    ville    de    Matera    constituent    ainsi,    dans    notre    thèse,    à    la fois   un    objet    d’analyse    en    soi    –    la    production    de    la    ville    en    contexte    labellisé    –    et    comme    un analyseur    des    enjeux    économiques    et    politiques    associés    à   la   labellisation.

Mots    clés    :    labellisation,    Italie,    Matera,    Capitale    européenne    de    la    culture,    patrimoine,    projet
urbain,    représentation.

---------------------------------
1Capitale    européenne    de    la    culture    (CEC)